ITPT

20 nov. 2011

To imbattable chez Scality

Avant dernier jour pour le Tour Européen et nous rencontrons Jérôme Lecat, CEO de Scality (www.scality.com). Scality vient de dévoiler les résultats d'une étude sur le coût de possession comparé pour le stockage en enterprise avec ou sans Scality et un espace équivalent retenu sur un cloud public comme Amazon. Les résultats pour un usage de partage de fichiers vont au-delà du dernier rapport de Forrester qui établit que le TCO d'un Cloud Storage ici public est inférieur à une solution interne. L'étude Forrester se référe à 100To de volume de données partagés pour un coût annuel de 955k$ tout compris, employé et maintenance intégrés, de mon point de vue assez cher. Sur Amazon S3, basé sur les tarifs publics, le prix revient à 141180$ soit 15% du prix entreprise. Pour Scality, l'équivalent revient à 26025$ pour 100To soit moins de 3% du prix entreprise ou près de 37 fois moins cher et plus de 5 fois moins cher que le prix Amazon. Incroyable, cela revient à 0,26$/Go ! Scality propose même 500To à 85478$ soit le To à 170$/To soit 0,17$/Go. Le prix est imbattable ce qui explique les succès récents de Scality qui convertit peu à peu les utilisateurs à la pertinence de sa solution: très haute performance et redondance à un coût très faible au Go. Pourquoi s'en priver, Scality Ring à adopter de toute urgence.

17 nov. 2011

Passé inaperçu

Fusion-io (www.fusionio.com | NYSE:FIO), pionnier du stockage Flash, a fait l'acquisition discrètement d'Aprius, l'un des quelques vendeurs de virtualisation d'I/O ici à base de carte PCIe Ethernet. On verra ce que Fusion-io fera avec l'IP d'Aprius et si la prochaine offre FlashCenter intégrera quelques éléments...

15 nov. 2011

SolidFire, verrouillé Iceman !!

La seconde journée nous a amené au nouveau siège de nos amis d'Arista Networks à Santa Clara qui ont accepté d'accueillir la session SolidFire (www.solidfire.com) de l'IT Press Tour Européen. Basé à Boulder, Colorado, SolidFire figure dans la liste des quelques sociétés de stockage à suivre parmi lesquelles on peut citer, par ordre alphabétique, Fusion-io, Nimble Storage, Nutanix, Pure Storage, Tintri, Scality, Violin-Memory ou Virident. La session était très attendue vue la sortie récente de SolidFire et la levée de 25M$ il y a quelques semaines. SolidFire a été créée en Décembre 2009 par Dave Wright, aujourd'hui CEO et ancien fondateur de Jungle Disk acquis par RackSpace, et a reçu à ce jour déjà 37M$ de plusieurs fonds - NEA, Valhalla et Novak Biddle - et d'investisseurs individuels. On constatera d'ailleurs la présence de Frank Slootman au board, l'ancien CEO de Data Domain aux manoeuvres de l'IPO et de la bataille d'offres lors de l'achat par EMC. Le souci de sa double appartenance au board de SolidFire et Pure Storage sera à régler dans un futur proche, la situation étant intenable.

Jay Prassl, VP Marketing, SolidFire

Notre session est assurée par Jay Prassl, VP Marketing, qui vient de lâcher la responsabilité des ventes, dorénavant assignée à Mark Glasgow, venu de Xio, en pleine débâcle. La mission de SolidFire est la création d'une solution de stockage full-SSD destinée aux Cloud Service Providers (CSP) donc très évolutive et très performante. La solution est déployée proche des serveurs applicatifs, la connexion serveur/stockage étant un lien bloc iSCSI. Le stockage pour les CSP est un vrai souci et définir une solution adaptée qui suit l'évolution des besoins de ces environnements reste un réel défi. La philosophie SolidFire est scale-out, équipée uniquement de SSD MLC Intel, avec une liaison iSCSI à 10GbE pour un total de 100 noeuds 1U et une performance de 5M d'IOPS. La qualité de service est assurée avec une séparation entre la performance et la capacité. Tout se passe au niveau volume qui est l'entité élémentaire pour garantir les performances. Le coût obtenu est proche du coût HDD grâce à une technologie propre de déduplication globale à tous les volumes, compression et thin provisioning. L'entreprise met à disposition l'outil eScanner, gratuit en mode commande ligne, qui permet de connaître le gain aprés ingestion dans une unité SolidFire. EScanner est capable de lire des données stockées en mode bloc, des unités fichiers ou même des datastores VMFS issus d'environnements VMware. La solution est donc constituée de noeuds élémentaires 1U appelé SF3010 que l'on peut assembler jusqu'à 100 membres. L'entreprise se targue d'un taux de remplissage de 85% et les ratios semblent en favorable: la solution permet une utilization réelle de 12To pour 100To raw habituellement achetée. La comparaison va plus loin avec le besoin d'acheter de 120 à 360To suivant l'assemblage RAID retenu, SolidFire avance un achat de 25 à 30To pour une utilisation de 12To soit finalement un ratio conservateur de 5 à 11 déjà plus ambitieux et moins courant. La gestion de la baie de disque se fait au travers d'une API RESTful intégrable à tout outil propre au CSP. On remarquera que SolidFire est membre actif OpenStack, devenu un standard de fait du monde Cloud.

Un Cluster 5 noeuds SF3010 pour environ 60To utiles
L'offre de base est un noeud 1U avec 10 disques SSD de 300Go pour un espace efficace d'environ 12To validant encore une fois un ratio de réduction plutôt réaliste ici de 4:1. Chaque élément délivre 50000 IOPS et dispose de 2 ports 2GbE et 2 ports 10 GbE. La configuration maximale supporte 100 noeuds permettant la création de 100000 volumes, 5M IOPS et de l'ordre de 1,2Po (100 x 12To), intéressant !! Quelques précisions additionnelles: un thin provisiong avec une chunk de 4ko, une QoS au niveau volume, bien sûr Snapshots et Clones illimités et la réplication sur une autre baie, synchrone et asynchrone, qui sera disponible Q3 2012. SolidFire propose une solution pertinente et parfaitement alignée sur les besoins des CSP en coût et performance. Les CSP à la recherche du meilleur ROI et le plus bas TCO regarderont aussi les offres logicielles notamment objet qui offrent trés ahute capacité, performance quasi-linéaire et indépendance matérielle. La bataille du stockage chez les CSP en 2012 sera à regarder de près de même que celle avec PureStorage...


14 nov. 2011

Nouvel élan chez Clustrix

La semaine a donc formidablement commencé ici dans la vallée, nous avons passé la soirée avec Robin Purohit, nouveau CEO et Président de Clustrix (www.clustrix.com), ancien collègue chez Veritas, et Chris Rust, partenaire chez USVP, l'un des investisseurs de Clustrix. Certains s'en souviennent peut-être, Robin avait lancé l'initiative SAN V3 chez Veritas à la fin des années 90.
Le mouvement initié depuis quelques temps avec les nouvelles philosophies de bases de données NoSQL et NewSQL est en pleine expansion, on compte pas moins de 15 nouvelles entités toutes tentent de se démarquer dans un écosystème en plein mouvement. Parmi ces acteurs, Clustrix est le seul acteur à fournir une solution complète, matériel et logiciel, intégrée qui tire parti des avancées matérielles telles les SSD. Clustrix maintient la modèle ACID et se positionne aujourd'hui dans le peloton de tête du mouvement NewSQL. Ce dernier modèle se veut être l'union du monde SQL historique et du NoSQL permettant de tirer parti des architectures distribuées sans segmentation des données ou sharding. Ce nouveau modèle semble être le plus adapté aux montées en charge et aux fortes évolutions de capacité pour le monde OLTP. NewSQL se veut être le meilleur des 2 mondes tout en capitalisant sur SQL, en évitant l'apprentissage délicat de nouveaux produits et bien sûr sans avoir besoin d'opter pour des solutions propriétaire. La vague Big Data est aussi la révélation de la cassure des approches SGBDR classiques favorisant l'apparition des nouveaux acteurs rapidement évoqués ci-dessus. Il est à noter que les acteurs Internet ont du développer leur propre approche de bases de données pour des raisons de coûts des solutions d'ISV bien connus et aussi pour des enjeux de très fortes évolutivité. Il est assez facile de simuler et modéliser un environnement stable à 10000 utilisateurs mais quand l'environnement subit de fortes croissances à raison de 100000 nouveaux utilisateurs par mois, comment fait-on sans exploser sa facture et fournir et garantir toujours un bon niveau de performance. Aujourd'hui Clustrix cible plusieurs environnements comme l'OLTP "classique", le monde Web 2.0, la consolidation MySQL et la constitution de ferme massive de données. La solution Clustrix Sierra Database s'intègre de façon transparente sans modification des interfaces existantes notamment MySQL et délivre un gain de performance visible et une très grande disponibilité des données. Les tests, benchmarks et cas clients montrent de façon répétitive un gain 500% sur les configurations traditionnelles MySQL. Clustrix se ré-équilibre 10 minutes après une perte de noeuds ou la perte de disques sans impact sur les requêtes applicatives et ce mécanisme est d'autant plus rapide que le  cluster est "large" en nombre de neouds. L'entreprise prévoit de rendre disponible un SDK dans les prochaines semaines et réfléchit à une offre hosted/DBaaS et à une intégration verticale. La solution Clustrix est proposée initialement en 3 noeuds au prix attractif de 140k$ avec SSD Intel et s'installe en 15 minutes tellement le produit est bien intégré. Les retours d'expérience permettent un ROI inférieur à 3 mois, la société possède plusieurs clients avec plus de 100 noeuds installés. Une super solution à adopter rapidement et sans réelle compétition à ce niveau d'intégration.

13 nov. 2011

Citrix s'offre ShareFile

Citrix (www.citrix.com | NASD:CTXS) continue sa marche vers le Cloud et fait l'acquisition de ShareFile (www.sharefile.com), un des acteurs en vue sur la partie Cloud personnel et partage de fichiers en ligne. Bien vu pour Citrix qui rentre de plein pieds dans le grand bain de la collaboration documentaire à la fois pour les particuliers et les entreprises.

11 nov. 2011

6ème Press Tour, déjà !!

Le 6ème IT Press Tour démarre la semaine prochaine avec la presse Européenne et cette tournée nous emmènera dans la Silicon Valley pour rencontrer plusieurs super sociétés (par ordre alpha):
  • Caringo, pionnier du CAS et acteur du Stockage Objet,
  • Clustrix, innovateur en matière de Scale-out DB à base d'un back-end Key/Value,
  • Emeter, leader de l'élan SmartGrid,
  • High Cloud Security, startup dans la sécurité Cloud,
  • Joyent, référence en matière d'intelligence Cloud,
  • Lookout, acteur dans la sécurité pour mobile,
  • Nimble Storage, fournisseur alternatif de stockage,
  • OpenStack, initiative RackSpace dédiée au Cloud,
  • Palo Alto Networks, roi du Firewall de nouvelle génération,
  • Pure Storage, développeur d'une offre de stockage SSD type entreprise,
  • Scality, éditeur d'une solution de Stockage Objet hyper-scalable,
  • SolidFire, fournisseur d'une solution de stockage SSD orientée Cloud.
Suivez le tour et les discussions sur Twitter avec le hastag #ITPT, mon ID personnel demeure @CDP_FST ou sur mes blogs.

8 nov. 2011

Zadara Storage se dévoile enfin

Zadara Storage (www.zadarastorage.com) ouvre enfin ses portes et annonce sa solution aujourd'hui à Cloud Expo avec son programme Beta. Rencontrée lors de l'ExecEvent en Septembre dernier à Santa Clara, l'équipe dirigeante de Zadara m'avait dévoilé en avant première sa solution VPSA - Virtual Private Storage Array. L'idée centrale est de constituer une baie virtuelle de disques de type entreprise, donc accessible en mode bloc en iSCSI, telles que l'on peut les trouver installées chez les utilisateurs. L'intelligence Zadara permet de transformer une batterie de serveurs standards en baies de disques évoluées avec toutes les fonctionnalités voulues. La seule différence demeure la localisation de la baie, Zadara VPSA réside dans le nuage, chez Amazon, RackSpace, OpSource ou GoGrid, elle peut aussi être privée grâce à OpenStack, elle est aussi proche de votre application elle-même résidente sur le même nuage. Au-delà des Cloud Providers ci-dessus, Terremark et SoftLayer sont en préparation et devrait être validés rapidement. Par défaut, le prix est de 0,59$/heure et varie en fonction de la richesse fonctionnelle choisie (nombre et types de disques, type de CPU et mémoire du contrôleur virtuel). La mise en place de la solution est très simple, la création d'un VPSA est rapide, ensuite l'étape de création de pool de disques - les VPool - et leur assemblage RAID (niveau et strip-unit) est immédiat et finalement le volume utilisable par une application sur ce pool (un sous ensemble de l'espace) que l'on attache en iSCSI avec la définition IQN est à effectuer. La suite est évidente aussi avec le formatage éventuel et l'utilisation instantanée par l'application. Wow !! Parmi les fonctionnalités, citons:
  • Baies de disques multi-tenant,
  • Performance prédictive,
  • Choix des supports physiques comme SSD, SAS ou SATA,
  • Paramétrage de la taille des volumes et de l'assemblage RAID (0,1, 10, 5 ou 6),
  • Configuration du débit réseau voulu,
  • Duplication RAID possible,
  • Affectation du volume à plusieurs serveurs pour des besoins Cluster,
  • Surveillance et Administration fine,
  • Rapports détaillés,
  • Facturable par tranche horaire,
  • Données chiffrées sur disque,
  • Contrôleurs doublés,
  • Fonction de cache disponible
L'évolution de la solution devrait faire apparaître aussi le snapshot et le mirroring notamment longue distance. A la lecture de ces fonctionnalités, on comprend aisément les différences avec la disponibilité d'un LUN de stockage basé sur l'offre Amazon EBS (Elastic Block Storage). Les utilisateurs vont donc pouvoir facilement, on l'espère, migrer vers le Cloud pour les applications critiques nécessitant des propriétés dites haut de gamme. Les concepteurs se sont inspirés des offres traditionnelles de stockage, notamment SAN, et bien sûr de leur expérience avec le meilleur outil de virtualisation de stockage SAN avec SVM de StoreAge. On se souvient la société israélienne StoreAge avait été absorbée par LSI en 2006. Zadara Storage a développé sa solution afin que son intégration soit facile grâce aux APIs REST et OpenStack. Plusieurs démonstrations vidéos sont disponibles ici. Un bon coup de pied dans la toile avec une offre qui étend les approches actuelles. Le marché bouge et restons à l'écoute de la concurrence suite à cette annonce.
Nelson Nahum, CTO de Zadara, et ancien CTO de StoreAge, est une veille connaissance de l'industrie que je côtoie depuis près de 10 ans, déjà. Il m'a accordé dés Septembre une interview en avant-première, c'est pour moi l'occasion de remercier Nelson une nouvelle fois pour sa confiance.

6 nov. 2011

Tonian, un nouveau venu

Tonian Systems (www.tonian.com), éditeur Israélien se dévoile un peu plus, avec une nouvelle levée de 5M$ de Charles River et Cedar Fund. Tonian travaille sur la partie pNFS, NFS Parallel, avec notamment Benny Havely, ancien de Panasas, référence en la matière. Les autres fondateurs sont Sharin Azulai, passé par plusieurs succès israéliens comme Mercury Interactive, Adam Kaplan, passé par Verdasys, Benny Halevy, chargé de la partie technologie arrivé de Panasas, Pillar et Digital Appliance (devenu par la suite Pillar) et Danit Segev, passée par Zerto et NetApp par l'acquisition de Topio. Côté nom, Tonian fait référence à la première ère géologique et promet une espérance de vie immense...

2 nov. 2011

Odiago prêt pour Hadoop World

Odiago (www.odiago.com) est fin prêt pour Hadoop World la semaine prochaine à New York avec la sortie de la Beta au nom bien trouvé WiBiData (www.wibidata.com) prononcer "We BI Data". Derrière Odiago, on retrouve le soutien financier d'Eric Schmidt, l'ancien CEO et aujourd'hui Executive Chairman de Google, et Mike Olson, CEO de Cloudera, 2 sociétés où l'analytique signifie quelque chose et où est passé Christophe Bisciglia, co-fondateur d'Odiago. Wibidata tire parti d'Hadoop bien sûr et de HBase. On verra bien mais le segment BI avec la partie Hadoop a clairement le vent en poupe et le nombre de startups pousse rapidement de côté-là.