ITPT

30 juin 2010

Enfin le bon tiering chez Isilon

Isilon (www.isilon.com | NASD:ISLN), l'innovateur du stockage fichiers d'entreprise reconnu de tous, annonce OneFS 6.0 avec 2 innovations SmartPools et InsightIQ. La première fonctionnalité - SmartPools - activée par simple licence logicielle tire parti de l'architecture distribuée shared-nothing symmétrique horizontale à système de fichiers unique en intégrant les 3 lignes de produits - séries S, X et NL - sous un même système de fichiers permettant ainsi des déplacements de fichiers sans intervention de logiciel extérieur ni de présence de liens ou stubs. Chaque série sous-jacente est associée à un tier de stockage et obéit à une politique particulière de placement complètement automatique. Une fonctionnalité native que l'on attendait depuis pas mal de temps, avouons-le. Le tout reste transparent pour l'utilisateur, les chemins de fichiers restent inchangés puisqu'ils sont accessibles au travers d'un seul et unique espace de nommage de fichiers et aucun mécanisme de rapatriement ou de caching n'est mise en place, le fichier est accédé où il réside même s'il est éclaté par le strip naturel de OneFS. La seconde fonction intéressante est InsightIQ qui permet de surveiller et collecter toutes les informations liées à la performance et le comportement de l'infrastructure Isilon, la solution est déployée sous forme de Virtual Appliance, ça c'est nettement moins bien car il introduit une complexité supplémentaire. OneFS 6.0 sera disponible à la fin du mois, le 30 Juillet, et SmartPools sera pricé entre 3950$ et 9950$ par noeud en fonction du type de noeud et InsightIQ entre 1950$ et 3850$. Isilon mériterait donc de participer au prochain Press Tour en Novembre dans la vallée où nous pourrions rencontrer Sujal Patel, CEO, Paul Rutherford, CTO, et Brett Helsel, SVP Engr. Bravo Messieurs, Isilon progresse à chaque sortie.

video

28 juin 2010

Locust Storage pour l'efficacité énergétique

Locust Storage (www.locust-storage.com) est le concepteur d'une solution de stockage visant à réduire sensiblement le CapEx et l'Opex. L'idée cible la consommation énergétique en couplant des disques traditionnels et de la mémoire flash sous le contrôle d'une couche logicielle développée par Locust optimisant l'alimentation électrique sous une forme proche du MAID (Massive Array of Idle Disk) sans la baptiser ainsi. Locust avance une réduction de 90% de la facture énergétique et se positionne sur le milieu de gamme. L'autre élément associé à cette approche est l'absence de câble d'alimentation puisque tout passe par Ethernet grâce au fameux Power on Ethernet avec une batterie et une unité UPS intégrées bien sûr. On notera que Tom Buiocchi, mon ancien boss chez Brocade et aujourd'hui CEO de Data Robotics, est au board, une idée pour Drobo ?

25 juin 2010

Projet critique cherche intégrateur efficace

Ne cherchez plus, vous l'avez trouvé, il s'agit d'Alyseo (www.alyseo.com). La société est un intégrateur français à valeur ajoutée très pointu sur les marchés de la virtualisation, de la consolidation et du stockage. L'entreprise se distingue par le choix des produits constituant son approche solution. Certes Alyseo est petite mais l'expertise est grande. La société s'est très vite tournée sur le choix de produits innovants pour respecter son approche de performance et de TCO réduits mais aussi anticiper les ruptures de demain. Si vous avez un projet critique, délicat à mettre en place ou simplement à la recherche des bonnes technologies, Alyseo est le bon choix. Parmi les partenaires stratégiques d'Alyseo on retrouve Blade Network Technologies, Coraid, Fusion-io et Nexenta.

22 juin 2010

Solid Access, un nouvel acteur NAS Flash

Solid Access Technologies (www.solidaccess.com), fondée en 2002 avec la mission de développer de solutions de stockage rapides à base de composants standards DRAM et Flash, s'efforce de continuer à innover avec une offre NAS assez intéressante. Les solutions Solid Access USSD apportent un niveau de performance élevé tant en terme d'IOPS que de bande passante et devancent les approches traditionnelles à base de disque à plateaux rotatifs. Les chiffres parlent d'eux-mêmes, on obtient un rapport de 300 entre une unité Solid Access USSD avec 60 000 IOPS et un disque dur avec 200 IOPS, une misère aujourd'hui, pour des entrées-sorties de 4k. Autrement dit, pour obtenir la performance en IO, il faudrait regrouper 300 disques durs sans avoir besoin de la surface disque, un beau gâchis apprécié des vendeurs. On comprend aussi pourquoi il est intéressant de déplacer 10 à 20% des données dites actives ou "hot" vers ce type de support considéré en Tier 0 et laisser les autres 80 à 90% des data sur une unité Tier 1 à base de disque SATA, ça suffit bien. Le ROI est donc rapide et évident.
Le NAS de Solid Access baptisé UNAS 100 conçu sur un chassis 2U SuperMicro développe 300 000 IOPS à base de Flash SLC pour des capacités de 1,2To ou 2,4To respectivement avec 64Go et 96Go de cache DRAM. Les temps d'accès sont excellents à 10 micro secondes. 2 autres produits sont attractifs: l'USSD 320 et l'USSD 320T, ce dernier correspond à 4 USSD 320 donc une capacité de 1To capable donc de cumuler 24 liens FC (4 x 6 FC par 2U). Un USSD 320 développe 100 000 IOPS par lien FC et une capacité maximale de 256Go toujours sur 2U. Et l'autre bonne nouvelle de Solid Access est le prix très attractif...

18 juin 2010

Version majeure 4.0 pour StorNext

Quantum (www.quantum.com | NYSE:QTM), leader en stockage secondaire, intelligence de déduplication et bien sûr en média bande, étend sa gamme logicielle avec StorNext version 4.0. On se rappelle de la provenance de la solution issue de l'acquisition de Mountain Gate qui avait elle-même acquis CentraVision. StorNext est donc la version très évoluée, fortement revue et améliorée de CentraVision FS (CVFS). StorNext est aujourd'hui composé de 2 modules StorNext FS (SNFS) et StorNext Storage Manager. Le dernier élément est chargé de mettre en place des règles et politiques de déplacement de données entre différents tiers ou niveaux de stockage. SNFS est la couche basse qui implémente le logique d'un SAN File Sharing System (ou SANFS) permettant à différentes machines - le clients - d'accéder en mode bloc à des données stockées sur des unités disques SAN pilotées par un Meta-Data Controller (MDC), les données sous forme de fichiers sont ainsi partagées entre plusieurs clients. SN4 propose:
  • la déduplication en mode bloc variable pour les fichiers appartenant à un répertoire, on retrouve ainsi la technologie phare de RockSoft déjà bien reconnue et éprouvée avec la gamme DXi.
  • La réplication arrive aussi en mode asynchrone au niveau du répertoire pour établir des topologies 1-1, 1-N, N-1 ou N-P et cascade.
  • Le rapatriement partiel de fichier basé sur le time-code (time-based partial file retrieval ou PFR).
  • Le mode Distributed Data Mover (DDM) pour améliorer le transfert et leur caractère "actif" entre tiers de stockage.
  • Les clients LAN distribués (Distributed LAN Clients ou DLC) qui accèdent aux données en mode bloc sur IP grâce à un protocole dédié ultra-rapide au travers de serveurs agissant en gateways.
  • L'affinité fichier qui permet de maintenir affecté un répertoire et ses fichiers à un "stripe group" offrant ainsi la meilleure performance pour des fichiers spécifiques par alignement des fichiers et des unités de stockage.
  • et une console Web de gestion complète de l'environnement supportant XML.
Le produit se positionne donc comme l'un des plus complets dans sa catégorie et en fait un Must-Have pour les secteurs verticaux comme les médias numériques, les sciences de la vie, le médical ou le calcul scientifique.

17 juin 2010

Joyent débarque en Europe

Joyent (www.joyent.com), un des leaders du Cloud Computing par ses offres IaaS et PaaS, arrive en Europe et recrute Philippe Weppe, passé entre autres par NetApp, en tant que patron EMEA. La direction EMEA sera donc basée à Paris. Félicitations.

16 juin 2010

Violin Memory se paie les débris de Gear6

Violin Memory (www.violin-memory.com) continue son développement à marche forcée avec la reprise des actifs de Gear6, un innovateur parti très vite, trop vite dirons certains - vers le caching à base de disques électroniques. On connaissait les approches de cache NFS et Memcached chez Gear6, elles vont naturellement se placer devant les offres Violin notamment couplées avec la bête de guerre le 3200 Memory Array comme Tier 0. La bataille s'annonce intéressante avec Nimbus Data ou NextIO, on regardera ça de près sans avoir besoin d'en mentionner d'autres... Violin est à regarder de près sur les prochains trimestres...

11 juin 2010

A10 impressionne

Mercredi 2 Juin dernier lors de notre Press Tour en pleine Silicon Valley, nous réalisons une étape importante en nous rendant au siège d'A10 Networks (www.A10networks.com) à San Jose. Ce fut l'occasion d'un formidable rendez-vous très bien organisé dans une grande convivialité avec la présence d'une référence dans le monde des réseaux en la personne de Lee Chen, fondateur et CEO d'A10, spécialiste des couches 4-7, déjà à l'origine de Foundry Networks et Centillion Networks, Kelly LeBlanc, responsable monde du marketing et Todd Kleppe, responsable des opérations mondiales. La société aujourd'hui composée de 176 employés dont 80 ingénieurs a été créée fin 2004 avec la mission de développer et fournir des solutions réseaux d'infrastructure visant à accélérer, optimiser et sécuriser les accès aux applications.
La gamme produit est composée de 3 familles: la série AX qui représente la gestion de traffic et l'équilibrage de charge, la série EX cible la gestion de la bande passante avec la visibilité des utilisateurs et des applications permettant de suivre les évolutions des contraintes et la série ID plus tournée vers la gestion réseau.
Véritable best-sellers, les boitiers AX appelés aussi Application Delivery Controllers (ADC) sont des appliances réseaux opérant un OS très évolué - le fameux ACOS pour Advanced Core OS à 32 ou 64 bits - à base de Linux développé par A10, tournant sur une architecture à mémoire partagée évoluée et processeurs multi-core. Plusieurs innovations A10 tournent autour de la capacité de traitement parallèle permettant d'inspecter 30 000 000 de paquets par seconde !! Avec cette ligne de produits, A10 vise les marchés de la migration et de la cohabitation IPv4 et IPv6 et la qualité de service au travers de mécanismes très sophistiqués d'équilibrage de charges.


Parmi les nouveautés présentes sur les ADC citons:
  • SoftAX: l'idée est ici d'avoir des SoftADC sous forme de machines virtuelles (VM) AX embarquées sur des systèmes standards et non des appliances,
  • AX-V: même concept de VM AX multiples mais sur des appliances AX,
  • AX Virtual Chassis: mise en cluster et agrégation de plusieurs appliances AX sous forme d'un device unifié,
  • AX Virtualization: partitionnement d'un appliance AX pour des applications spécifiques favorisant l'étanchéité et le multi-locataire (multi-tenant) du boitier.

A10 pousse l'adoption du Cloud Computing et favorise la migration des applications dans le nuage en garantissant de très bons niveau de performance et de sécurité.
En France, le modèle de vente est purement indirecte au travers du grossiste Exclusive Networks et d'une vingtaine de revendeurs. A10 fait de plus en plus figure de challenger en passe de devenir le leader qui bouscule les leaders établis. Une gamme à tester et adopter si vous êtes dans cette problématique, la solution est vraiment fantastique à un rapport prix/performance exceptionnel.

08 juin 2010

Un seul credo pour Arista

Nouvelle session réseaux de notre Press Tour en pleine Silicon Valley chez Arista Networks (www.aristanetworks.com) à Menlo Park où nous retrouvons une autre légende des réseaux et de la vallée Jayshree Ullal. Pour mémoire, Jayshree est arrivée chez Cisco avec l'acquisition de Crescendo Communications en 1993, premier achat pour Cisco, qui a forgé le destin du géant de Tasman drive. Elle a piloté tout le business Data Center et Switch pour les lignes Nexus et Catalyst pour un revenu annuel de 10Md$. Et ce n'est pas fini, Andy Bechtolsheim complète la liste des dirigeants sans évoquer les autres, tous des pointures. Pour mémoire, Andy est l'un des 4 cofondateurs de SUN Microsystems avec Scott McNealy, Bill Joy et Vinod Khosla et a depuis créé Granite Systems, spécialiste du GbE, revendu à Cisco en 1996, et Kealia, concepteur de serveurs de nouvelles générations, revendue à SUN en 2004. Whouah un sacré track record à eux deux !!
Arista se focalise sur le Data Center et les environnements très exigeants comme le HPC, le cloud computing ou les salles de marchés autour de sa technologie de commutation GbE et 10GbE à très faible latence. Le Cloud représente d'ailleurs un parfait exemple pour la technologie Arista où les ressources et les contraintes changent beaucoup et fréquemment pour des besoins de qualité de service très élevés. Solace Systems, une des références actives d'Arista, atteint 4 millions de messages par seconde pour une latence de 25 micro secondes.
3 lignes de produits sont au catalogue avec la gamme 7048, 7100 et 7500. Le 7048 est un switch Data Center GbE de layer 2/3 avec 48 ports. Il constitue en quelque sorte l'entrée de gamme Arista. La gamme suivante est le 7100 existant en 24 et 48 ports 10GbE pour 1U toujours en layer 2/3/4. Mais Arista est surtout synonyme de haute performance avec la gamme 7500 qui propose 384 ports 1/10GbE L2/3 pour une latence de 4,5 micro secondes de port à port et un débit de 648Gb/s par tiroir, une capacité de 10Tb en mode fabric et 5,76 Bpps. Les produits Arista sont prêts pour recevoir le 40 et 100GbE.
Côté stockage, Arista ne développe pas de switch FCoE mais est conforme aux spécifications IEEE DBC qui couvrent Ethernet lossless (IEEE 802.1Qbb Priority Flow Control), IEEE 802.1p CoS bit selection et IEEE 802.1Qaz pour la partie Data Center Bridgind Exchange. Les switchs actuels peuvent transporter des frames FCoE, sans perte bien sûr, et toute le gamme garantit la pérennité des investissements clients autour de produits NAS et d'architectures iSCSI ou FC.
Basé sur des asics Fulcrum, Arista se distingue des autres faiseurs par son OS - Extensible OS alias EOS - présent sur toute sa gamme, très robuste et rapide avec une consistence et cohérence forte grâce à une seule image système et une base de données complète centralisée.


Côté vente, le modèle est en approche directe vers les grands comptes, Arista faisant office de Rolls du secteur avec une notoriété de marque décalée vis-à-vis de la qualité des produits et des execs présents. Découvrez la vidéo de synthèse réalisée sur place en compagnie de Jayshree Ullal.


04 juin 2010

Passer au 10GbE avec Blade Network Technologies

Fin de journée du 3 Juin, nous nous rendons au siège de Blade Network Technologies (www.bladenetwork.net) alias BNT à Santa Clara, tout proche d'Intel, pour rencontrer tout le staff d'executives de l'entreprise. Formidablement organisée, cette session commence par une introduction et présentation de la société par Vikram Mehta, Président et CEO, qui nous dresse les grands défis des entreprises adressés par BNT:
  • Evolutivité de l'infrastructure tant verticalement qu'horizontalement,
  • Acceptation d'une densité de connection plus forte pour les serveurs et le stockage,
  • Simplicité de déploiement et d'administration grâce notamment à une CMDB,
  • Améliorer les taux d'utilisation des ressources IT grâce à la Virtualisation,
  • Augmenter les niveaux de sécurité,
  • et les niveaux de services pour de meilleurs SLA,
  • et bien sûr un coup de possession réduit et maîtrisé.
La société, spin-off de Nortel et d'origine Alteon WebSystems, se positionne sur le marché du Data Center centré sur Ethernet au travers de sa philosophie Unified FabricArchitecture (UFA) en fournissant toute une gamme de produits de commutation réseau basés sur la technologie 1/10GbE notamment les BladeSwitch et les RackSwitch appelés aussi Top of Rack. Diffusé par vente indirecte, BNT possède déjà plus de 8 millions de ports installés grâce à de nombreux accords oems comme IBM, HP, Juniper et NEC, ces 2 derniers figurant d'ailleurs au capital de l'entreprise. Le reste de la session est assurée par le reste du staff avec une visite du Lab Q&A très instructif.

10 points résument la proposition de valeur Blade UFA:
  1. BladeOS au coeur de la gamme présent sur tous les produits,
  2. VMready comme extension de virtualisation réseau à BladeOS pour VMware vSphere, Citrix XenServer Microsoft Hyper-V, Linux KVM ou Oracle VM, rendant le réseau en parfaite "conscience" de l'environnement virtuel,
  3. UFP pour Unified Fabric Port pour l'intégration LAN, SAN (iSCSI et FCoE) et Management, et un accord avec Emulex,
  4. Smart Server Control pour une gestion complète grâce à une CMDB riche,
  5. FabricHarmony pour le management intégré au grands frameworks du marché,
  6. Haute disponibilité avec un MTBF d'au moins 3 millions d'heures,
  7. Un seul métier le Data Center Ethernet,
  8. Des partenariats serveurs et réseaux pertinents,
  9. iFlow pour une accélération des flux et
  10. Le plus rapide Data Center Ethernet Fabric avec 40GbE en 2010 et 100GbE rapidement ensuite.
BNT abat une barrière avec moins de 500$/port 10GbE. Dernièrement, Blade et Voltaire ont signé un accord technologique s'illustrant par un réseau flat Ethernet de 3400 ports à 10GbE non bloquant, lossless, à latence ultra-faible à moins de 2,4 micro-secondes délivrant 11,52 Tb/s. Début Mai, Blade a annoncé le premier switch ToR - le RackSwitch G8124 - équipé de BladeOS 6.3, dédié au CEE et donc parfait pour iSCSI et FCoE.
Côté activité commerciale, BNT étend sa couverture avec l'ouverture officielle depuis janvier 2010 d'une filiale Française dirigée par Thierry Bage, ancien de Riverbed, ayant un track-record à succès. BNT devrait donc prendre son essor rapidement sur notre territoire.


03 juin 2010

Difficultés chez ParaScale


Présent dans la vallée ces jours-ci, nous obtenons confirmation de problèmes chez ParaScale. Sajai Krishnan, ancien CEO, est parti et Ken Fehrnstrom vient de le remplacer. Il semblerait que plusieurs autres personnes aient quitté le navire. L'éditeur n'arrive pas à lever son second tour de table et doit donc se satisfaire d'un premier de plus de 11M$ il y a 2 ans, le burn-rate étant assez élevé, on comprend la difficulté... Rigueur ou Austérité comme on dit chez nous.

01 juin 2010

La vitesse vue par Fusion-io

Première journée et ça commence fort avec Fusion-io (www.fusionio.com), pionnier des unités de stockage Flash, qui nous a reçu dans ses locaux commerciaux de San Jose. Son HQ est en Utah mais ce bureau est entre autre occupé par Steve Wozniak, recruté il y a quelques mois en tant que Chief Scientist et qui occupe son premier job payé en tant que salarié depuis Apple il y a quelques décennies. La session a été couverte par Neil Carson, CTO de Fusion-io, arrivé de chez Dell il y a 3 mois. En très peu de temps, la société a levé plus de 100M$, elle figure dans la liste des rares pépites de l'industrie du stockage actuelle, les clients se multiplient (MySpace, Answers.com, Fedex, Oracle, Boeing, Goldman Sachs, Starbucks, McKesson ou Facebook) et l'IPO ne devrait pas être très loin. Le business model fait la part belle aux oems parmi lesquels on peut citer Dell, HP et IBM. Fusion-io adresse les environnements à haut niveau transactionnel fortement exigeant, la virtualisation et les serveurs d'application et cible ainsi plusieurs grands problèmes: la performance en entrées/sorties, la latence d'accès aux données, l'occupation au sol, la consommation des unités de stockage, et bien sûr l'explosion du nombre de ressources tant sur le plan des serveurs, des éléments réseaux que des unités de stockage.
L'approche disque électronique est une véritable rupture pour l'industrie. Fusion-io utilise des NAND Flash SLC (mono-couche) ou MLC (multi-couche) comme éléments de base de ses solutions. La technologie est baptisée ioMemory et est présente sur tous les produits ioDrive, ioDrive Duo et ioXtreme. L'idée de Fusion-io est de placer sur une carte PCI-Express plusieurs éléments de mémoires Flash et de la rendre accessible en tant que disque ultra-rapide bien mieux que les SSD. En un mot, concevoir et offrir une mémoire de très haute capacité alors que les SSD ciblent un comportement de disque plus rapide. La latence d'un ioDrive est de l'ordre de 25 à 50 micro secondes, avec des résultats incroyables: 600Mo/s en écriture sur une Flash 24Go en test Raw mesuré avec H2benchw et près de 270Mo/s en bench Database mesuré avec IOMeter. Autre exemple avec le Fusion-io ioDrive Octal dont les spécifications laissent rêveur: 800 000 IOPS (4k packet size), bande passante de 6 Go/s, capacité maximale de 5To pour une carte PCI Express x16 Gen-2. Donc, l'approche nous permet d'avoir une très grosse mémoire utilisable très simplement comme si l'OS et l'application utilisaient une unité de stockage traditionnelle.
Tout ça illustre bien un changement dans la hiérarchie du stockage et le retour à une architecture historique et bien classique: le DAS. Les niveaux pourraient être Flash/SSD, SATA et Cloud voire Flash/SSD et Cloud directement. La donne change et les fournisseurs qui ne l'ont pas anticipé ont du mal, on le voit tous les jours sur le marché...