ITPT

29 avril 2010

Varonis confirme sa forme

Varonis (www.varonis.com), éditeur de solutions logicielles de gestion de données non structurées, se porte bien avec 4 années de croissance consécutive. L'année 2009 permet à Varonis de voir sa base installée dépasser les 600 clients et les 1600 installations produits. Côté revenu, il progresse de plus de 70% et même si la société est petite, elle devient attractive, participant depuis plusieurs années à EMC World... Démarré avec un produit de gouvernance de données non structurées pour Windows, Varonis a très vite étoffé sa gamme avec le support des offres NAS du marché notamment avec EMC Celerra et NetApp et plus récemment avec SharePoint s'ouvrant au monde semi-structuré. Aujourd'hui, l'éditeur possède 2 produits DatAdvantage et DataPrivilege. Le premier est dédié à l'analyse des accès - qui accède à quoi ? - au suivi des accès et des opérations au cours du temps, aux audits et rapports complets, à la découverte des propriétaires, à la suggestion des retraits d'accès pour certains utilisateurs, au repérage des fichiers orphelins et à la préparation à la consolidation de domaine Windows et de migration de fichiers. DataPrilivege comme son nom l'indique est consacré aux privilèges d'accès aux fichiers contrôlés par le propriétaire grâce à 4 questions ciblées et automatisées. Le propriétaire doit donc répondre aux demandes et la sécurité est ainsi contrôlée très finement. Vous trouverez ci-dessous une très bonne présentation sur les solutions de gestion et de gouvernance de données Varonis. Et si vous souhaitez tester le produit, rendez-vous ici.



28 avril 2010

12 Mai 2010

Une date à retenir, il devrait y avoir une annonce intéressante qui changera l'avenir de certains...

27 avril 2010

Netgear X-RAID très pratique

Netgear (www.netgear.com | NASD:NTGR) propose X-RAID, un assemblage de disques particulièrement intelligent. Imaginons un serveur Netgear ReadyNAS vide et plaçons 1 disque de 1To, le serveur met donc à disposition un volume de 1To non protégé, normal il n'y a qu'un disque. Insérons un second disque de 1To, le serveur réagit et s'adapte en modifiant l'assemblage en RAID-1 c'est-à-dire en la mise en place d'un miroir entre les 2 disques, le volume disponible reste de 1To mais redondant. Quand on insère un 3ème disque de 1To, le serveur passe en RAID-5 avec 2To disponible et 1To dédié à la protection circulaire. On ajoute un dernier disque de 1To sur les 4 possibles dans mon exemple et l'assemblage reste en RAID-5 et propose alors 3To utiles. Pour l'augmentation du volume et passer à des disques de 2To, on refait la manipulation depuis le début en remplaçant le premier disque, on attend la synchro et on remplace le suivant... à la fin, on obtient 6To utiles, le tout sans manipulation particulière. La bataille avec Data Robotics est vraiment active...

23 avril 2010

Quelques nouveautés chez Pillar Data

Pillar Data (www.pillardata.com) introduit ses bricks équipés de SSD pour un total de 2,6To cette fois-ci avec des unités STEC Mach8IOPS de 200Go soit 13 unités par tiroir en configuration 12 actives et 1 spare. Baptisée RoadRunner, une Brick SDD est configurée en 2 groupes RAID-5 de 6 disques. Un disque élémentaire STEC Mach8IOPS en interface SATA est capable de délivrer 10000 IOPS en lecture aléatoire, 90Mo/s en lecture et ne consomme que 30W pour 100 000 opérations de lecture, de quoi satisfaire pas mal d'exigences en terme d'entrées-sorties. Et puis l'idée du tiering interne à une baie prend tout son sens avec ses nouvelles unités couplées à des disques SATA et/ou FC. Ses éléments d'accès, les fameux Slammer, sont dorénavant fournis avec une connectique 10GbE et 8Gb/s FC, FCoE est lui annoncé pour la fin de l'année.
La seconde nouveauté change l'esprit historique de Pillar qui utilisait jusqu'à maintenant les produits InMage ou FalconStor respectivement pour la réplication fichier et bloc. Le produit développé en interne permettra dans quelques semaines d'asservir un second Axiom au premier dans un mode de copie asynchrone. L'intégrité applicative dans ce mode devrait arriver plus tard. On attend aussi un outil de management global et une intégration du MAID-v2 pour 2011. Que des bonnes nouvelles qui devraient assurer un avenir serein au fournisseur.

22 avril 2010

Une pépite à tout point de vue

Isilon (www.isilon.com | NASD:ISLN), pionnier du Scale-Out NAS, revient en forme et annonce des résultats financiers fantastiques pour le premier trimestre de son année fiscale. Le titre gagne aujourd'hui plus de 22% et se retrouve à 12,78$, le revenu progresse de 5% sur 1 trimestre mais de 46% par rapport au même trimestre de l'année dernière, la société est profitable et la marge brute est à 62% !! Depuis le 1er janvier 2010, le titre a gagné plus de 85% et depuis 1 an plus de 450%. On verra comment le titre va réagir demain entre prise de bénéfice et euphorie. Un target price à 20$ début Q3 si Q2 est bon demeure réaliste. Pour ceux qui n'ont pas encore de ligne ISLN, pensez-y...

20 avril 2010

Drobo fait encore des siennes

Data Robotics (www.drobo.com) révèle enfin une unité NAS native qui complète parfaitement sa gamme actuelle constituée de baies de disques mono-serveur avec Drobo et DroboPro, des unités plus orientées SMB et réseau de stockage avec DroboElite, sans évoquer Drobo S. Le produit s'apelle Drobo FS pour signifier File Sharing et s'attaque donc à la tonne d'offres "similaires" du marché: Netgear, Qnap, Synology, Buffalo, Iomega, Linksys, Thecus, Seagate, WDC... On remarque que Drobo FS a provoqué l'arrêt de Drobo Share, la tête NAS coiffant les Drobo, qui avait du mal à se positionner et à décoller, le marché étant très étroit. Drobo FS fournit une connectique GbE, un support multi-environnement au travers d'AFP, CIFS et NFS et une capacité dépassant dans le futur les 10To avec 5 emplacements disques, rendant la solution adéquate pour les structures TPE voir PME. En terme de prix, Drobo FS vide sort à 699$, avec 4.5To à 999$, 7.5To à 1149$ et 10To à 1449$. La bataille s'annonce rude, les mouvements créés par Tom Buiocchi commencent à porter leurs fruits. Félicitations.



19 avril 2010

Kaminario se dévoile un peu plus

Kaminario (www.kaminario.com), déjà couvert en Janvier 2010, met à jour son site web et annonce pour très bientôt K2, une machine de guerre en terme d'IOPS. On attend avec impatience les spec. de la bête... mais la photo du site annonce la couleur pour ceux qui connaissent le sommet et sa réputation.

16 avril 2010

Iocell Networks tente de se démarquer

Iocell Networks (www.iocellnetworks.com) confirme la viabilité de sa technologie NDAS - Network Direct Attached Storage - dédiée aux environnements consumer et SOHO avec son offre NetDisk. NDAS permet de s'affranchir des couches réseaux impliquant les latences bien connues des protocoles réseaux et de partages et permet d'avoir un disque natif réseau vu comme un disque local. Le disque est connecté directement au réseau Ethernet, pas IP ni à une tête NAS, on comprend donc l'intérêt de la solution. NDAS travaille au niveau des couches réseaux 3 et 4 et de la conversion des commandes entre ATA/ATAPI et Ethernet. La seule contrainte est bien sûr l'installation d'un driver sur les machines consommatrices de l'unité. Le résultat est impressionnant, la différence de performance semble évidente illustrée par les exemples du fournisseur: le transfert d'un fichier vidéo de 627Mo se fait en 10 secondes en NDAS et 28 secondes en NAS classique, en mode backup de dossier de messagerie composé de 2177 fichiers et 200Mo, la configuration NDAS donne 30 secondes contre 5 minutes et 14 secondes. La solution reste simple et semble parfaite pour un usage pour les petites entités, reste à voir comment l'offre se développera face aux tonnes d'offres simples, pas chères et standards de NAS. La compagnie développe des modèles plus capacitifs et en GbE et aussi une gateway supportant quasiment tous les protocoles de partage de fichiers comme cifs, nfs, afp, http et ftp. A regarder, cela semble séduisant et confirme aussi les développements d'acteurs plus orientés entreprises comme Coraid, pionnier d'ATA sur Ethernet (AoE) avec son offre EtherDrive.

14 avril 2010

Xiotech s'y met aussi

Xiotech (www.xiotech.com) se lance à son tour dans le NAS comme on pu le faire par le passé des acteurs comme HDS, DDN ou LSI certes de façons différents mais l'effet est le même. Tout le monde s'y met, les offres d'entrées de gamme inondent le marché, le mouvement de l'industrie est clair, les données deviennent de plus en plus orientées fichiers, les solutions sont fortement évolutives et économiques et tout est plus simple et bien sûr le Cloud est derrière. Xiotech fait le choix de blades tournant l'intelligence Symantec FileStore couplée à sa solution de baies de disques en technologie ISE (Intelligent Storage Element). Le produit appelé ISE NAS se positionne comme solution scale-out fortement linéaire et offre une évolutivité indépendante entre la capacité de traitement et le volume de stockage connecté. Le produit peut intégrer jusqu'à 16 noeuds FileStore - de 2 à 16 -, asymétrique ou symétrique, on se rappelle que Symantec FileStore est un système de fichiers clusterisé issu de l'expertise Veritas, ici en frontal de 2Po par instance cluster, permettant de constituer des systèmes de fichiers de 256To avec 200 millions de fichiers maximum chacun. 2 déclinaisons existent, l'offre Standard avec 2 appliances NAS Standard, 4 ports GbE à partir de 8To et l'offre Entreprise avec 4 appliances Enterprise, 8 ports GbE et à partir de 19,2To. En terme d'accès, la solution ISE NAS propose CIFS, NFS, HTTP et FTP et intègre des services additionnels comme la réplication, le snapshot et le dynamic tiering en fonction du type d'appliance retenu. Le produit Xiotech sera disponible en Juin au travers du réseau de partenaires. Le prix s'annonce comme plus abordable et donnera un vrai coup de pied dans la fourmilière...

12 avril 2010

FalconStor sort son SANFS

FalconStor (www.falconstor.com | NASD:FALC), éditeur leader en protection de données notamment en VTL et en technologies CDP, étend son activité et adresse un des nouveaux eldorado des acteurs du stockage avec le monde des médias, des diffuseurs et du divertissement poussé par des volumes de données en forte croissance, la haute-définition et la 3D. Les besoins nécessitent des environnements de production fortement évolutif, capacitif et capable de délivrer et soutenir un très haut niveau de performance tant sur le plan du nombre d'opérations que du débit dans une contrainte de latence très faible. Pour satisfaire au développement de cette activité et du monde des sciences de la vie ou du secteur pétrolier, la société a créé la division Advanced File Systems pilotée par Steve Dalton, VP & GM de l'entité. L'éditeur conforte ainsi son savoir faire historique avec IPStor et NSS, un peu oubliés et souvent relégués au second plan par le CDP et le VTL les 2 axes très forts chez FalconStor.
L'éditeur New-Yorkais annonce donc HyperFS son SAN File Sharing System ou SAN File System. L'idée est de constituer un environnement de production de partage de données, ici des fichiers, entre consommateurs c'est-à-dire les clients applicatifs tous connectés au réseau de stockage. Vous naviguerez sur le blog et vous trouverez plusieurs articles qui décrivent un SANFS dans le détail, thème que je traite depuis l'origine du blog et que j'ai largement décrit dans un tutorial SNIA. Rapidement, disons que le résultat est le meilleur des 2 mondes entre le NAS et le SAN, simplicité, approche standard et environnement éprouvé et performant. La philosophie d'un SANFS est d'être asymétrique avec un ou plusieurs serveurs maîtres appelés ici MDS pour Meta-Data Server, les clients - les serveurs de production - qui souhaitent accéder aux données stockées sur les unités disques du SAN sont asservis par un agent léger à ces MDS qui sont les contrôleurs d'accès en tant que sécurité mais aussi fournisseur des adresses des données sur les espaces de stockage. Parmi les fonctionnalités d'HyperFS, retenons:
  • La capacité maximale de 144Po par système de fichiers HyperFS,
  • La taille maximale d'un fichier de 32To,
  • Le supporte de plusieurs milliards de fichiers potentiellement,
  • L'administration centralisée,
  • La virtualisation de l'accès au travers de l'espace de nommage global des fichiers, le fameux GNS (Global Name Space),
  • Le nombre élevé de clients supportés, test à plus de 800 effectué,
  • La conformité à POSIX,
  • Les OS Windows, MacOS X et Linux pour les clients,
  • Côté MDS,
    • le rôle de NAS possible avec le support de NFS v2 et v3 grâce au couplage de l'offre NSS renforçant les mécanismes de protection,
    • Les OS Linux 64 bits issus de RedHat, CentOS ou Oracle,
    • le support de 16 FS maximum par contrôleur,
    • le verrouillage au niveau octet,
    • le couplage aux annuaires LDAP ou Active Directory,
    • la journalisation et log des opérations sur et par le contrôleur,
    • le mode snapshot et
    • la capacité à rendre le rôle hautement disponible en mode cluster HA actif/passif.
  • Côté SAN,
    • Le support de 4096 LUNs maximum,
    • Une connectique FC, iSCSI sur 10GbE, FCoE ou InfiniBand.
Pour appuyer cette stratégie verticale, FalconStor signe plusieurs accords, le premier est de type oem conclu avec SeaChange International, déjà couvert en Avril 2007, qui le propose intégré à sa solution Universal MediaLibrary, le second partenariat est signé avec Rorke Data, filiale de Bell Microproducts, qui le propose dans son produit HyperDrive.
Reste maintenant la concurrence des SANFS du marché car FalconStor n'est pas le premier à produire une telle solution. On trouve bien sûr Quantum StorNext, EMC MPFS(i), SGI CXFS ou des trucs comme DataPlow SANFS voire des offres de philosophies différentes comme le très bon Ibrix FusionFS aujourd'hui chez HP et bien sûr des fantastiques scale-out NAS comme Isilon, LSI/ONStor, BlueArc, Dell/Exanet, NetApp GX ou notre Français Active Circle, toutes ces offres sont très implantées dans ces secteurs verticaux. La question de pNFS demeure, l'éditeur a peut-être choisi de sortir cette offre avant le raz de marée du standard et sécuriser plusieurs accords et comptes clients. Bonne surprise chez FalconStor avec cette offre qui frappe un grand coup, avec visiblement une grande qualité produit comme toujours et un bon chahut du marché. Bien vu Messieurs.

08 avril 2010

Où est passé Alacritech ?

Alacritech (www.alacritech.com), un pionnier dans la connectivité iSCSI au travers de son excellente offre de TCP offload, ne présente plus aucun détail de sa gamme produit sur son site web. Même le détail de la partie Management de la société est absent, seul Larry Boucher est cité. Pour mémoire, Larry Boucher est le papa de SCSI et a créé Adaptec, Auspex et Alacritech - toutes en A -, et est considéré comme l'un des rares visionnaires de l'industrie du stockage, je ne parle ni de businessman ni de mercenaire. Emulex a acquis tous les brevets d'Alacritech en Décembre 2009 pour un montant non communiqué et a donc obtenu le droit d'utilisation et d'exploitation exclusive. Le géant de Costa Mesa fait la promotion à fond de ses cartes UCNA - Universal Converged Network Adapter - embarquant entre autres la technologie issue d'Alacritech.

07 avril 2010

NetApp surprend tout le monde

NetApp (www.netapp.com | NASD:NTAP), acteur important du marché du stockage et pionnier du NAS, s'offre la perle Bycast, éditeur Canadien de la la solution StorageGRID. Parmi les 15 sociétés orientées Archivage sur disque de philosophie historiquement CAS (Content Addressable|Aware Storage), Bycast révéle les lacunes de NetApp sur ce segment malgré une très bonne solution Worm, mais le Worm n'est pas le CAS. On connaît Bycast notamment pour ses 2 oems avec IBM pour GMAS (Grid Medical Archiving Solution) et HP pour MAS (Medical Archiving Solution) dans le secteur médical. On verra comme NetApp va intégrer tout ça avec les hésitations liées à Spinnaker Networks.

06 avril 2010

Les petites têtes bien pratiques...

Après Linksys et son NSLU2, on connaissait le tout petit SimpleTech SimpleNet d'Hitachi ou le Seagate FreeAgent DockStar, voici un petit dernier pas mal du tout aussi: le Cirago (www.cirago.com) NUS1000 à 70$. Pour ce prix là, on reçoit le boîtier, 4 ports USB2, un serveur iTunes intégré, un print server, un client BitTorrent, 1 port Ethernet 100Mbps et le support de 8 To en 4 systèmes de fichiers FAT32. Une solution intéressante qui devrait satisfaire bien des utilisateurs.

05 avril 2010

Oracle se débarrasse d'Hitachi

Depuis quelques jours, Oracle (www.oracle.com | NASD:ORCL) ne commercialise plus les unités disques d'Hitachi, s'orientant visiblement vers ses propres solutions à base de Sun et du formidable ZFS ou une autre acquisition pour posséder en propre une technologie et arrêter le me-too. Car à part l'intérêt de distribuer une très bonne gamme et de centraliser les achats qui voudrait acheter des baies de disques Hitachi chez Oracle ? Seuls déjà des clients Oracle peut-être et encore ceux-là ont vraisemblablement un canal d'approvisionnement en place. Oracle n'a jamais voulu commercialiser ce que les autres peuvent faire ou avoir comme HP. Et n'oublions pas qu'HP est devenu un concurrent direct depuis l'arrivée de Sun chez Oracle, la "transformation" d'ExaData d'une base HP à Sun. Et puis Oracle se veut unique, Oracle est unique, tant par ses solutions, son leadership et son patron Larry Ellison. Et puis LSI est aussi en accord avec Sun, alors qui de cet accord ? Mais la question du futur de Pillar Data est ouvert, Pillar va-t-il se faire absorber par Oracle, un autre, demeurer un zombie ou partir en banqueroute ? L'histoire le dira mais en cas de difficultés, Oracle se fera un devoir de racheter pas cher un acteur alternatif intéressant.

01 avril 2010

Active Circle dévoile sa version 3.2

Active Circle (www.active-circle.com) annonce une évolution de sa solution au travers de la version 3.2 de son environnement opérationnel. Cette version introduit 3 fonctionnalités nouvelles:
  1. le support des volumes dont le nombre de fichiers est gigantesque. La version 3.2 déplace la limite précédente et accepte maintenant 100 000 000 de fichiers par volume.
  2. la possibilité d'accéder à une sous-partie d'un fichier type séquence vidéo sans avoir besoin de rapatrier le fichier entier. La fonction nommée Partial Restore est fondamentale pour le monde vidéo qui manipule des fichiers de grandes tailles et ne peut souffrir d'une occupation temporaire et d'un temps trop long de traitement d'accès.
  3. Et puis le troisième point est le support de NTLMv2 pour améliorer l'intégration dans le monde Windows;
Active Circle confirme ainsi l'alignement de sa solution au monde vertical notamment à celui du broadcast en se  positionnant comme composant essentiel d'un environnement DAM (Digital Asset Management). Active Circle sera d'ailleurs présent au NABShow à Las Vegas du 12 au 15 avril prochain.