ITPT

27 juillet 2009

Ca sentait le sapin pour ONStor...

ONStor (www.onstor.com), acteur NAS alternatif bien connu pour ses gateways Bobcat et plus récemment pour son entrée sur le segment des appliances complets "tête + disques" avec Pantera, se fait avaler par LSI pour seulement 25M$. Une vraie mésaventure pour cette société créée il y a 9 ans et qui comptait sur son CEO, Bob Miller, pour faire son IPO, comme avec MIPS jadis. La compagnie avait préféré commercialiser sa gamme sur le marché du service fichiers générique et non sur les marchés verticaux plus juteux, perdant toute attractivité et surtout la stratégie n'a pas prise, ONStor préférant changer sa gamme et non son positionnement. Malgré tout, certains accords oems avaient été signés afin d'augmenter le volume des ventes comme Fujitsu et jusqu'à début 2008, ONStor marchait bien indiquant une IPO proche. Proche d'un équilibre, ONStor avait réussi à lever 131M$ au total sur les 9 années. Les investisseurs ne retrouvent pas leur mise mais ont accepté de récupérer une petite partie à la place de rien du tout dans quelques mois peut-être...En tout cas, à multiplier les tours de levées et donc les investisseurs, un de ces prêteurs a décidé de retirer ses billes et patatra, le chateau de cartes s'effondre. ONStor possède quelques IP autour de son OS temps-réel EverON et les fonctionnalités associées, même si les derniers développements s'orientaient vers OpenSolaris, ZFS... on verra comme LSI marketera la gamme. En tout cas, LSI s'offre une vraie techno à un prix vraiment ridicule, 25M$, c'est rien du tout, décidément LSI fait de bonnes affaires...

23 juillet 2009

Aprés Endeavour, BlueArc lance Mercury

En plein anniversaire des 40 ans de l'odyssée lunaire de la NASA, BlueArc (www.bluearc.com), constructeur de NAS haut de gamme établi en 1998 et de statut toujours privé, tente une percée sur le marché mid-range avec l'offre Mercury apportant les fonctionnalités et la philosophie de la gamme Titan dans une échelle de prix abordable. Quel pied de nez, la fusée Titan est celle qui a envoyée le module pour la conquête de la lune.
On retrouve l'esprit Auspex, disparu depuis, avec du hardware dédié comme la partie ASIC et FPGA où beaucoup de services sont rendus par l'électronique dédiée et non par des tâches, processus ou programmes occupant la CPU. C'est le cas du système de fichiers BlueArc SiliconFS, orienté objet et à parallélisme matériel fin, au coeur de la solution NAS BlueArc, unique sur le marché et véritable savoir-faire de la compagnie, son IP réside ici, et des services associés. Le système de fichiers répond par une parfaite linéarité à la population de fichiers par répertoire et au couplage d'espace de stockage ou de chassis NAS grâce à CNS - Cluster NameSpace - et quelques autres innovations. SiliconFS offre une taille maximale de 256To par système de fichiers et une capacité maximale de 2Po est possible. L'agrégation en cluster jusqu'à 8 noeuds avec la notion d'espace de nommage global, propre à la gamme, est aussi proposée pour l'offre Mercury. Le produit sera commercialisé comme d'habitude: en direct, par le réseau de revendeurs et bien sûr via le canal oem notamment HDS.
Par ailleurs, le constructeur californien conforte et étend son accord avec Ocarina Networks pour cette nouvelle gamme Mercury au-delà de la gamme Titan. La société tente de trouver un différentiateur fort sur ce segment et martèle l'offre combinée BlueArc Intelligent Tiered Storage with Ocarina 3400 for BlueArc. BlueArc annonce également un partenariat avec Asigra pour sa solution de backup orienté Cloud qui s'appuit sur une infrastrucutre de NAS BlueArc. BlueArc considéré trés haut de gamme tente une percée sur le marché intermédiaire, on verra si ça prend... surtout qu'HP s'offre Ibrix. Qui prendra Exanet ?

20 juillet 2009

Pas content de PolyServe, HP s'offre Ibrix

Personne ne l'a vu venir, mais HP (www.hp.com | NYSE:HPW) devrait s'offrir Ibrix, le roi du scale-out NAS, à la barbe des autres gorilles du secteur et partenaires d'Ibrix comme EMC et Dell. On connait HP pour son incapacité à développer du logiciel, mais sa capacité à signer des oems technologiques et à casser ses acquisitions. Ibrix, créée en 2000 avec ses 53 employés et 175 installations, disparaîtra donc comme PolyServe ou quelques autres mais prions que non. HP complète sa gamme sur le haut de l'offre et contre ainsi Isilon, potentiellement BlueArc, le king du HPC Panasas, IBM et son SoFS, l'hésitant Exanet, le petit-poucet Parascale et bien sûr NetApp et l'arlésienne GX.
Espérons que le Cloud qui décolle permettra la considération d'Ibrix Fusion et de Cirrus afin enfin de constituer une offre file digne de ce nom et d'en faire une vraie promotion positive. HP devrait aussi promouvoir la solution dans les mondes du calcul scientifique. Ibrix sera intégré à la divison StorageWorks comme PolyServe qui passera peut-être aux oubliettes ! 

16 juillet 2009

Isilon se restructure...

Isilon (www.isilon.com | NASD:ISLN) annonce l'arrivée de Mark Stevens, ancien de NetApp, en tant que VP EMEA, et recrute aussi un ancien de  F5 Networks pour la région asiatique, malgré quelques expériences malheureuses initiées par Steve Goldman, ancien CEO d'Isilon et lui-même ancien de F5. Espérons que cela leur permettre de reprendre la voie de la croissance et mettre des IQ partout surtout en EMEA.

13 juillet 2009

Ibrix Cirrus, un nouveau type de nuage...

Le Déluge de données, la baisse des coûts au To mais pas la baisse globale des coûts de l'administration de l'infrastructure notamment de part la complexité grandissante de l'environnement, la multiplication des unités et l'ubiquité du Web2.0 font que le stockage est en plein renouveau et surtout le stockage orienté fichier est de loin le plus utilisé et diffusé. J'y reviendrai prochainement pour évoquer la mutation de ce segment. Reste à considérer comment adresser les quelques points cités ci-dessus ?  Certains l'abordent par l'optimisation de la capacité, la nouvelle Killer-App, mais pourquoi pas imaginer toute une série de services comme la sauvegarde, l'archivage, l'eDiscovery et même le stockage fichier distant bâtis sur une infrastructure externalisée, privée ou publique, ce que l'industrie a baptisé Cloud finalement. Le Cloud Storage est l'étape ultime de la virtualisation du stockage avec un découplage fort entre la donnée et sa localisation qui devient peu importante pour l'utilisateur. 
On connaît Ibrix (www.ibrix.com), un des leaders du scale-out NAS à évolutivité linéaire, très orienté HPC, média ou santé avec sa solution Fusion déclinée ici pour le Cloud Storage. Il s'agit donc d'offrir un mécanisme ouvert et universel d'accès distant différent des offres "classiques" comme ftp, WebDAV ou du pionnier Amazon S3. Ibrix Cirrus, lancé en octobre 2008 et fortement inspiré de ce dernier, est une couche logicielle de virtualisation fichier conforme à REST qui s'appuit sur http et l'infrastructure Fusion bien sûr. Le frontal http Cirrus expose les commandes http et les exécute comme commandes Fusion, rendant complétement transparent la structure "éclatée" de l'environnement de stockage constitué de segment servers. Cirrus introduit la notion de Collection qui regroupe les espaces de stockage et les consommateurs de ces espaces définis comme utilisateurs et groupes et contrôle la présentation et l'accès aux données grâce à une méthode de tag/label des metadata. Cirrus peut bénéficier d'Ibrix Continuous File Replication pour assurer la redondance et aggréger des sites Fusion différents et ainsi offrir une ubiquité et scalabilité géographique. On peut imaginer aussi des services plus sophistiqués dans l'infrastructure Fusion avec une hiérarchisation, un versioning et opter pour un transfert chiffré entre les clients Cirrus et les serveurs, le tout suivi par un reporting fin proposé par l'outil.
Une nouvelle illustration si besoin de l'importance du contenu ou de la donnée, la valeur vient de l'accès à cette information pas du contenant, qui devient obsolète, que l'on doit migrer... tout ça devient le problème du fournisseur du service et non de la société utilisatrice dont ce n'est souvent pas le métier. Avec cette approche, Ibrix se positionne en face d'Amazon S3 comme complément parfait pour les opérateurs. La bataille s'annonce intéressante notamment face à ParaScale dont le message depuis quelques mois est exactement celui-ci.

08 juillet 2009

Apple semble s'y mettre aussi

Apple (www.apple.com | NASD:AAPL) lance un projet de Data Center énorme sur 45000m² dans l'état de la Caroline du Nord pour un montant d'au moins 1Mds $ avec pas mal d'embauches à la clé. Le site sera équipé de serveurs et systèmes de stockage Apple servant ainsi de vitrine ou de référence propre. La volonté pour Apple de rentrer sur le marché du Cloud et du SaaS au-delà des gadgets iTunes semble donc se confirmer. On verra bien, le modèle va peut-être dépasser les perspectives du constructeur à la pomme... mais le mouvement est inévitable. Change or Die comme on dit là-bas...

06 juillet 2009

OceanStor, pas Berkeley, l'autre...

Certains d'entre nous connaissent le projet OceanStore de l'université de Berkeley (oceanstore.cs.berkeley.edu), mais c'est aussi le nom, au e final près, de la gamme stockage regroupant 6 produits issus du joint-venture Huwaei Symantec (www.huaweisymantec.com). Venu chez Veritas donc chez Symantec avec l'acquisition d'Invio et au préalable CTO de Legato, Tab Lebeck pilote la partie technologique.
La gamme est assez variée, on retrouve:
  • des disques SSD avec la ligne HSSD Crystal Series en MLC NAND Flash ou Diamond Series en SLC NAND Flash en 2,5 pouces et interface SATA I/II,
  • des baies de disques de la série S, pour SAN, allant des S2000 ou S12000, trés haut de gamme. Par exemple, les modèles S2600 sont équipés de disques SATA ou SAS en interface FC, iSCSI ou SAS direct, ou la série S5000, plus riche, équipée d'unités SATA, FC ou SSD en interface FC 4Gb ou iSCSI 1Gb,
  • une unité IP SAN avec le V1000,
  • un modèle NAS avec le serveur de fichiers N8000 plutôt haut de gamme,
  • un élément de virtualisation avec le VIS6300 et le VIS6600,
  • une offre VTL avec le modèle VTL3605 de la ligne VTL3000.
Un acteur que l'on oublie souvent alors qu'un intérêt évident pourrait le suggérer, la fait de trouver chez lui les produits Réseaux, Sécurité et Stockage avec semble-t-il une vraie expertise...

03 juillet 2009

Avere se découvre

Avere Sytems (www.averesystems.com), startup démarrée récemment se dévoile un peu plus avec une mise à jour de son site web. Certes, c'est encore léger mais Il n'y a pas si longtemps, le site se résumait à un seul logo différent.
Parmi les fondateurs de l'entreprise, on retrouve quelques pionniers qui ont participé à l'aventure Spinnaker Networks, une des pépites de notre industrie, acquis par NetApp début 2004 pour 300M$, quelques mois avant que je crée la filiale française, mission devenue impossible. A défaut de commercialiser l'offre telle quelle, NetApp a ensuite commis le péché de vouloir tout intégrer dans l'OS DATA ontap et la lenteur et la complexité du défi ont eu raison de cette belle solution. Aujourdhui, il est difficile d'évoquer GX en interne chez NetApp, chez les utilisateurs ou même les partenaires et c'est dommage. Pour ceux qui se souviennent ou souhaite se souvenir de SpinFS, rendez-vous ici.
Revenons sur Avere Systems, parmi les fondateurs, on peut citer Ronald Bianchini, Président et CEO, Michael Kazar, CTO et Daniel Nydick, VP Engineering, tous passés par Spin. La société développe une solution NAS de nouvelle génération, toujours dans l'esprit scale-out, autour du concept Demand-Driven Storage et de l'indépendance performance/capacité, souvent 2 dimensions associées mais qui peuvent être vues comme orthogonales. Je serai à la conférence SNIA SNW de Phoenix en octobre prochain et vous en direz plus car Avere sera présent. Chouette, ça bouge...