ITPT

19 juillet 2007

Ibrix enrichit Fusion

Ibrix (www.ibrix.com), éditeur du pas assez fameux système de fichiers segmenté FusionFS utilisé par Pixar notamment pour la réalisation du film Cars, étend sa gamme par 2 modules FusionSnap et FusionFileReplicator. Sans surprise, ces 2 compléments attendus des clients, comblent un manque en apportant la prise de cliché du système de fichiers global et la possibilité de recouvrir un seul fichier et la partie réplication de fichier qui offre une granularité au fichier. C'est pas trop tôt mais dans le HPC ou le multimédia on pourrait presque se passer de tels fonctionnalités. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Fusion, j'avais déja posté un article sur Ibrix en Mars 2007.

Côté société, on apprend que Shaji John, CEO "historique" d'Ibrix, devient Chairman et le poste de CEO revient à Bernard Gilbert, passé notamment chez ComputerVision et Sun Microsystems. Ibrix s'apprête donc à vivre quelques nouveaux épisodes avant de passer sous la coupe de ..., on verra ça lors de l'annonce, pour l'instant les tractations vont bon train...

09 juillet 2007

NetApp accentue son avance

NetApp (www.netapp.com), précurseur du "toaster" de fichiers, annonce une nouvelle version - 6.0 - de son offre de Virtualisation d'environnement fichiers VFM (Virtual File Manager), issue de l'accord oem entre Brocade et le constructeur de Sunnyvale. Le produit Brocade sous-jacent est StorageX, référence de la gestion et virtualisation des fichiers réseaux, validant ainsi un accord historique datant de l'époque NuView.

05 juillet 2007

Quantum dans le monde du fichier, c'est sérieux ?

Quantum (www.quantum.com), le constructeur contrôlé par le "casseur" Belluzzo, tente de maintenir la percée logicielle entamée par ADIC il y a quelques années. Pour répondre à ma question en titre, à première vue ce n'est pas sérieux surtout quand l'acteur est un pur "hardeux" au sens "graisseux" du terme avec le monde tape, mais quand on sait que le produit - StorNext File System - vient de CentraVision, acquis par ADIC il y a quelques années, et qu'il est dédié aux environnements verticaux on peut raisonnablement penser que la solution est assez pertinente. Et c'est vrai que ça marche pas mal ce truc. De quoi s'agit-il ? D'une solution de partage de fichiers de type SAN File System que l'on va détailler ici à la fois d'un point de vue général et d'un point de vue de l'offre Quantum.

Tout d'abord, abordons la partie générale et la promesse d'une telle solution: la souplesse du NAS pour le mode fichier, et la vitesse du SAN pour l'échange en mode bloc, qui, une nouvelle fois, illustre la synergie des 2 technologies. Un SAN File System (SANFS) est un système de partage de fichiers sur un SAN, on appelait à l'origine cette approche SAN File Sharing System pour préciser la réalité car il ne s'agit pas de partager un système de fichiers mais les fichiers appartenant à ce système, la différence est importante. La nature des données couvertes par ce type de solution est l'information non structurée donc essentiellement des fichiers. D'architecture Client/Serveur ou Asymmétrique, un SANFS met en place un (ou plusieurs) serveur dit maître et toutes les autres systèmes sont dits clients asservis aux dits maîtres. Ces 2 types de machines en terme de rôle possèdent toutes une couche SANFS plus ou moins riche. Le serveur génére, gére et contrôle le système de fichiers et son rôle est de distribuer la liste des blocs, ou extents, aux clients ainsi qu'être le centralisateur pour les verrous pour garantir l'intégrité des données. Les clients sont connectés au SAN mais ne contrôlent et ne comprennent rien, normalement, du système de fichiers accédé, c'est d'autant plus vrai que les systèmes d'exploitation sont de famille ou de philosophie différente. Les clients accédent ensuite à l'unité, au bon Lun, au bon volume, au bon offset et finalement aux bons blocs grâce à l'information fournie par les serveurs. On n'a jamais vu une machine Windows accéder et comprendre en mode natif le système de fichiers UFS fourni en standard sous Solaris ou une machine AIX "monter" une partition Windows NTFS, et d'autres exemples pourraient illustrer ce comportement. Les seules exceptions sont les portages sous Linux qui permettent un peu ce que l'on veut mais sur les environnements "officiels" c'est nettement plus délicat. A noter, qu'il y a d'abord, avant le souci du système de fichiers, un problème de compréhension de la structure de l'unité disque en terme de partionnement, l'approche de certains fournisseurs d'utiliser une couche "universelle" de gestion de volumes a comblé cette incompatibilité, on se souvient du meilleur gestionnaire de volumes disques du monde ouvert dans l'histoire, "oemisé" par plusieurs dizaines de sociétés, je veux parler de VERITAS Volume Manager.

L'esprit d'un SANFS est donc d'être hétérogène permettant à des systèmes à priori non compatibles de partager des fichiers et ce à une échelle importante de plusieurs centaines voire milliers de machines, des millions de fichiers et plusieurs Po. 2 sous familles existent, une première où le SANFS s'appuit sur un protocole NAS pour les meta-data et la seconde où l'ensemble de l'échange client/serveur est apporté par le produit. La première se base sur les protocoles NAS, notamment NFS, pour obtenir les meta-data et ensuite court-circuite ce protocole pour la diffusion des données entre l'unité de stockage et le client, les données ne transitent pas par le serveur de fichiers. Pour la seconde, l'implémentation est indépendante du NAS et se base sur des couches clients et serveurs propres et complètes. Sur le marché, plusieurs offres existent, montrant de part le nombre la relative simplicité de développement d'une telle technologie et la validation du segment par le train d'acquisition, en voici quelques unes: Apple Xsan, DataPlow SANFS et Nasan, EMC HighRoad et MPFS[i], HP DirectNFS et xNFS développé par l'américano-indien Cal Soft pour HP et Fibrenet issu de l'acquisition de Transoft Networks, IBM TotalStorage SANFS ou l'ancien SANergy issu de Mercury Computer Systems, à ne pas confondre avec l'autre, IBRIX FusionFS, SGI CXFS, SUN QFS qui vient de LSC et donc Quantum StorNext.

Dans le détail de l'offre Quantum, StorNext est la famille logicielle de flux de données et d'archivage intelligent, elle regroupe 3 produits: StorNext File System, StorNext FX et StorNext Storage Manager auxquels s'ajoute une API StorNext. StorNext Storage Manager est la solution aujourd'hui axée vers ce fameux archivage intelligent avec notamment, en version 3.0, le couplage de la Déduplication Rocksoft acquise par Adic baptisée DRS, Data Reduction Storage et l'utilisation d'iMover permettant le déplacement automatique et transparent des données entre plusieurs niveaux de stockage disques et bandes. StorNext File System est aussi en version 3.0 et propose une large palette d'environnements clients et serveurs hétérogénes, la possibilité d'augmenter à chaud l'espace de stockage grâce à la fonctionnalité DRA pour Dynamic Resource Allocation, de booster le transfert de données vers les clients avec la nouveauté Distributed LAN Clients et Clustered Gateway et ainsi fournir une performance nettement supérieure à NFS et CIFS. Dans ce dernier cas, l'accés aux données se fait au travers du réseau de données traditionnel et non au travers du SAN, allant sur ce point au-delà de la définition d'un SANFS. Une mouture particulière existe, celle qui couple le monde Mac au monde ouvert, grâce à StorNext FX, ainsi Apple Xsan est associé à Adic StorNext. La solution Quantum de partage de fichiers demeure intéressante pour les environnements métiers ou verticaux surtout si StorNext en tant que famille est retenue.

Néanmois, le marché évolue et l'approche SANFS certes intéressante semble promi à un avenir limité dans son mode actuel, les prochains développements s'orientent vers pNFS - Parallel NFS - et le mode objet - OSD (Object-based Storage Device) - pas encore trés diffusés, que je couvrirai dans les prochaines semaines avec les offres Panasas ou Rackable avec l'offre RapidScale issue de TerraScale et son fameux produit TerraGrid.