ITPT

27 déc. 2006

Un nouvel entrant dans le WAFS, Certeon

Certeon (www.certeon.com), fabricant privé américain d'appliance réseau fondé en 2003, se positionne sur le segment de l'accélération applicative. L'idée n'est pas neuve mais malgré les débits réseaux toujours en forte augmentation, il semblerait que ce ne soit pas suffisant, le problème étant essentiellement lié à la latence et aux protocoles locaux utilisés à grande échelle alors qu'ils ne sont pas prévus pour cet usage. J'en veux pour preuve la volonté des utilisateurs d'utiliser à distance les serveurs de fichiers centraux au travers de NFS ou CIFS. L'offre Certeon commence à 6000$ pour la série S et se distingue par le brevet SAT (Secure Acceleration Technology), en cours d'agrément, sur l'accélération https et http basé sur un moteur différentiel orienté objet et la sémantique applicative. Le WAFS adresse bien un vrai souci utilisateur en apportant une solution pertinente, économique et efficace. Et c'est d'autant plus vrai qu'il permet même de se passer de solutions de protection distante puisque plus aucun serveur n'existe à distance. La réalité du marché est une forte ébullition sur ce segment, cristallisée par des mouvements importants de fusions/acquisitions, de forte valorisation - Riverbed vaut plus de 2 Mds $ en bourse - et ce n'est pas fini car tout le monde ne possède pas son offre propre donc pas de différentiateur... A suivre donc sur 2007.

20 déc. 2006

Al Shugart n'est plus

Al Shugart, né en 1930, vient de mourir. Il laissera des traces dans l'industrie du stockage et plus particulièrement celle du disque dur. En effet, dés la fin de ces études, il intègre IBM, et quelques années plus tard, participe au développement de l'IBM 305 RAMAC lancé en 1956. En 1969, il quitte IBM pour Memorex, et lance Shugart Associates, l'un des pionniers du Floppy, notre cher Floppy, une technologie dépassée, qui marche encore et qui nous dépanne bien. Quelques années plus tard, il crée, associé à quelques autres fameux ingénieurs notamment Finis Conner, Seagate Technology pour adresser le marché prometteur du PC. Seagate deviendra le leader que l'on sait au nez et à la barbe du géant IBM. On se souvient tous du ST506. Viré en 1998, Al Shugart, se consacrera à ses investissements et l'écriture, il restera un créateur de génie et un visionnaire que nous pouvons tous remercier et vénérer. A méditer...

17 déc. 2006

Un WAFS pur soft chez Brocade

Brocade Communications (www.brocade.com), leader historique de la connectivité Fibre Channel et récent innovateur avec le concept de FAN*, vient de dévoiler une version purement soft de sa solution Tapestry WAFS grâce au maintien de son accord sur la technologie WAFS Tacit Networks acquise par Packeteer. Cette nouvelle version est dédiée aux environnements Windows 2003 et permet d'envisager de bâtir des réseaux étendus de partage de fichiers à un coût faible laissant une trés grande liberté de choix des plateformes matérielles aux utilisateurs. Cette offre complète à merveille la solution Tapestry StorageX déja parfaite pour le monde Windows, côté client NFS/CIFS, et supportant tous les types de serveurs de fichiers, NAS ou serveurs dédiés.

*FAN: File Area Network, c'est-à-dire réseau de fichiers

15 déc. 2006

Une entrée canon pour Isilon

Isilon Systems fait une entrée de grande classe comme peu de société ont pu le faire. Riverbed avait gagné 56% la première journée, 17% pour Commvault, Double-Take hier a réussi +15% et donc la rolls du Filer multimédia +77% après un ajustement de 8,5-9,5$ à 13$ du prix de son introduction. Isilon est donc immédiatement valorisée à plus d'1 Milliard de $ US, allez il n'est pas encore trop tard pour rentrer sur le titre... Isilon vaut au moins 2 voire 3 Mds $... soit une forte croissance à venir.

14 déc. 2006

et si NetApp continuait son marché...

autour du FAN, du WAFS, de la Classification de données, de la Réduction de données ou même de CAS. Côté FAN, parmi les 5 acteurs, il n'en reste que 3 indépendants - Brocade a déja pris NuView et EMC Rainfinity - donc sont potentiellement libre: Acopia Networks, Attune Systems et Neopath Networks. Côté WAFS, la donne accessible se réduit à Packeteer, Certeon, Expand Networks ou Riverbed mais trés cher puisque public. Les autres non cités ici sont déja pris par les gros de l'IP c'est-à-dire les Cisco, Juniper ou F5 Networks. Je penche aussi pour la classification de données, limité aujourd'hui chez NetApp par l'accord avec Kazeon qui lui même est limité aux données non structurées mais le produit est excellent. J'imagine bien Scentric, Abrevity, BridgeHead, StoredIQ, Arkivio, Njini ou même Index Engines. Côté Réduction de données, le plus crédible serait Data Domain. Et pourquoi pas envisager une acquisition vers le monde du CAS, secteur où NetApp est absent avec seulement une solution WORM Disk, et je verrai bien Archivas, Permabit, ByCast, Caringo ou même PowerFile. Ce dernier figure dans ma liste car Dan Warmenhoven, CEO de NetApp, est au board de la société depuis quelques mois maintenant. En tout cas, que du bon temps à venir pour NetApp qui s'affirme comme l'acteur qui assure dans le secteur, toujours synonyme d'innovation technologique. A suivre, décidément 2007 sera une année fantastique.

11 déc. 2006

Confirmé, l'accord HDS/BlueArc

Je l'avais annoncé le 24 Novembre dernier et je le tenais déja depuis plusieurs semaines. HDS investit dans BlueArc et signe un accord OEM de 5 ans avec le fabricant NAS haut de gamme. HDS fait ainsi une entrée remarquée dans la bataille du service fichiers avec une offre trés performante et va se heurter de plein fouet à EMC et Network Appliance. Son activité passée notamment avec NetApp avait été un échec. Reste maintenant IBM, SUN ou HP plus en second plan que l'on attend prochainement, quelques rumeurs s'échangent d'ailleurs sur le net quant à leur gamme respective...

10 déc. 2006

Montilio, encore une startup israélienne

Montilio (www.montilio.com), développeur de carte accélératrice pour serveur de fichiers créé en 2003, tente de relever le défi de l'explosion des données sans impacter l'accès à ces données. Montilio a développé sa propre technologie - FSRD pour File Service ReDirector - disponible sous le nom de RapidFile pour les OEMs sous forme de carte PCI et intégrable au sein de serveurs équipés en DAS, connectés à un SAN ou opérant en tant que NAS ou Gateway NAS. Cette offre permet un gain de performance de l'ordre de +200% à +500% sur des machines standards à un coût assez ridicule se permettant de remplacer un serveur 4 ou 8 processeurs par un simple serveur mono processeur vu la décharge CPU réalisée. La carte est 64 bits, offre 2 ports FC à 2Gb/s chacun pour la connexion au stockage, 2 ports Gbits Ethernet pour le réseau client, supporte les protocoles NFS v2, v3 et CIFS et s'intégre à Novell SLES 9, RedHat RHEL 4, Windows ou les grands Unix du marché. Aucune modification n'est à réalisér sur le serveur ou le système d'exploitation hébergeant la carte.

L'idée unique et attractive de Montilio avec FSRD, pour le monde du service fichiers, est de séparer le contrôle de flux du transfert des données comme dans les routeurs traditionnels. Cette approche va définitivement plus loin que l'approche classique TOE. L'activité d'un serveur de fichiers est essentiellement composée de 2 grandes tâches trés différentes - les réponses clientes et les déplacements de données - qui ont été traités historiquement par compromis même si l'approche appliance fut une grande étape dans l'évolution des serveurs de fichiers, on se souvient d'Auspex à ces débuts avec une proposition de valeur proche.

Le besoin de performance notamment pour les marchés exigeants a imposé à l'industrie de réfléchir à d'autres modèles comme les SANFS, le modèle OSD - Lustre - Parallel NFS et à quelques innovations venues de startups: Panasas, Spinnaker Networks maintenant NetApp, Isilon, Exanet, PolyServe, BlueArc, Crosswalk, Ibrix ou TerraScale maintenant Rackable Systems. Le marché du service fichier est en pleine ébullition à mesure que l'informatique se tourne vers le "tout fichier", les mois et années qui arrivent seront, à n'en pas douter, trés exemplaires à ce titre.

6 déc. 2006

PillarData, le couteau suisse du stockage

Pillar Data Systems (www.pillardata.com), constructeur alternatif de stockage, s'installe tranquillement sur le marché. Souvenez-vous Pillar, dernier petit protégé de Larry Ellison, est issu de la société d'origine Israélienne Digital Appliance dont le fond d'investissement Lawrence Investments au travers de Tako Ventures fut actionnaire pendant 9 ans avant le démarrage de Pillar Data Systems en 2001 avec son CEO actuel Mike Workman, un vétéran de l'industrie du stockage. On parle d'un investissement de 150M$ pour développer une offre d'entreprise alternative, économique et performante.

Fort de quelques référence intéressantes surtout aux US, Pillar s'efforce de marteler son différentiateur de consolidation ultime et de qualité de service grâce à une architecture unifiée, une facilité d'administration, un système intégré et une plateforme évolutive. L'offre Pillar se résume à une baie hybride - le fameux Axiom 500 - associée à quelques logiciels assez pertinents dans un tel environnement. L'Axiom 500 concrétise donc la volonté des utilisateurs de consolider les environnements blocs dans une seule baie et les services de fichiers au sein de cette même baie. Assez rare sur le marché, cette offre permet de réduire sensiblement les coûts notamment ceux associés à l'occupation au sol, à la consommation électrique mais aussi les coûts de transactions NFS - le fameux NFSops/sec - et son compagnon au niveau bloc pur. L'approche ILM, surtout la notion de niveau de stockage, est interne à la baie pour les accés blocs ou fichiers.

Quant à la Qualité de Service, celle-ci repose sur la connaissance historique qu'un disque tourne plus vite à sa périphérie qu'au coeur. Les applications, ayant fortement besoin de performance, utiliseront donc des données stockées sur les cylindres au bord des disques grâce à un striping mettant en jeu uniquement les cylindres "externes" et les applications moins exigeantes se contenteront des cylindres intérieurs. Et ainsi de suite jusqu'au coeur du disque où seront stockées les données à vocation d'archive.

La suite logicielle AxiomONE, tiens ça me rappelle RecoveryONE de Mendocino Software, ils l'écrivent pareil, ils auraient pu faire gaffe, couvre un grand nombre de besoins avec les 3 éléments fondamentaux: AxiomONE Capacity Planning Manager, Dynamic Performance Manager et Storage Services Manager sur lesquels viennent se coupler SnapFS, SnapLUN et Volume Copy pour la partie Protection, Axiom Path Manager pour la redondance des chemins d'accès et leur utilisation concurrente, SecureWORMfs, un système de fichiers Worm pour les environnements contraints aux différentes réglementations, AxiomONE VTL issu de Falconstor en mouture oem, File Replicator - l'offre Signiant -, Volume Replicator, un produit de réplication de volume et une offre CDP qui vient de Kashya dorénavant chez EMC, probablement le meilleur produit CDP Entreprise du marché. La baie parle nativement NDMP et supporte, heureusement, SMI-S, la spécification SNIA de Storage Management. On voit donc que Pillar possède une belle offre couplée à un belle suite de produits augmentant les fonctionnalités et capacités de la baie Axiom 500 mais donc certains sont développés en externe, c'est dommage quand on veut incarner l'innovation...

On attend maintenant que la société se positionne sur des axes nouveaux et complémentaires pour s'appuyer sur tout ce savoir-faire, le CAS et la réduction de données par exemple, ce qui augmenterait encore davantage la proposition de valeur déja intéressante de la solution. Et on attend tous, surtout les employés, une fameuse IPO...

5 déc. 2006

La date est fixée pour Isilon

L'IPO se fera le 14 Décembre au Nasdaq sous le symbole ISLN et la société proposera 8,4 millions de titres entre 8,5 et 9,5 $ par action, ce qui devrait valoriser la société à plus de 80M$ permettant à Isilon de rembourser une partie de ces dettes. Soyez généreux et rentrez sur le titre, vous verrez vous ne serez pas déçus.