ITPT

22 avril 2014

AVFS, encore un SAN FS

Ardis Technologies (www.dynamicdrivepool.com), fournisseur Hollandais de serveurs de stockage orienté Media avec la gamme Dynamic Drive Pool, était présent au NAB. L'entreprise met en avant le développement de son file system AVFS - Ardis Virtual File System - dans la philosophie asymétrique qui mixte SAN et NAS. Comme couvert depuis des années notamment dans un de mes tutoriels SNIA, l'idée est de tirer parti du débit et du partage de ressources du réseau de stockage type SAN - FS ou iSCSI - avec la simplicité et souplesse des protocoles de partage de fichiers NAS. On reconnaîtra l'influence de produits comme MountainGate CentraVision acquis pour 3.6M$ en 1999 depuis au catalogue de Quantum sous le nom StorNext. L'idée AVFS est de s'affranchir de FC remplacée par iSCSI, plus économique et largement suffisant en terme de performance. Mais surtout cela évite d'avoir un réseau FC et un réseau Ethernet, ici tout est Ethernet, premier point d'économie. Chaque poste client Linux, Windows ou Mac, embarque un agent DDP pour comprendre le dialogue avec le serveur et ensuite accéder directement aux données sur le stockage DDP. Rien donc de nouveau, simplement une confirmation et une bonne itération de l'esprit SAN FS ici en mode full iSCSI.



16 avril 2014

Le stockage au NAB

Le NAB vient de se terminer à Vegas et comme d'habitude l'événement a tenu ses promesses. Près de 100 000 visiteurs, plus de 1500 exposants pour plus de 150 pays, de quoi rassurer les sceptiques et laisser entrevoir de belles perspectives. En fait, rien de cela puisque les médias en général ont le vent en poupe depuis quelques décennies poussées par les innovations et la convergence. Cela doit être d'ailleurs le second contributeur à l'explosion des volume de données derrière la finance. Côté stockage, on a compté près de 70 exposants avec une bonne représentation du stockage objet avec les leaders Cleversafe, DDN et Scality sans oublier le challenger Amplidata. On notera aussi la présence d'acteurs dédiés à ce segment comme XOR Media, qui devrait annoncer son stockage objet dans quelques mois, ou Object Matrix. Active Circle n'était pas présent cette année. Fabrix Systems a dévoilé son portefeuille bien pensé de solutions médias. Pas mal d'annonces aussi des acteurs du stockage avec Cleversafe et Avere en couplage S3, ASG Atempo avec Caringo et Object Matrix, Scality avec l'intégration DMF et Aspera et le cas client RTL pour un usage VOD, mais rien de NetApp, Isilon, Oracle, HP ou Dell. Confirmation que le 4K est partout même si le streaming n'est pas prêt - les postes TV à la maison ne le sont pas non plus -, que le stockage orienté fichier est au coeur de toutes les solutions avec les systèmes de fichiers asymétriques (MDS + data servers), Quantum StorNext, pardon MountainGate CentraVision, en est une bonne illustration, et puis les disques 6TB commencent à apparaitre chez Seagate et HGST, filiale de WDC, permettant un gain de 50% de capacité pour une même occupation. Et pour terminer, une photo d'un panel à propos de l'archivage actif avec LA Kings (client de Fuji), Dell, DDN, Spectra Logic, SGI, HP et Scality.


11 avril 2014

Atlantis Computing va changer le marché avec USX

Atlantis Computing (www.atlantiscomputing.com), leader mondial en solutions VDI avec ILIO, décline son expertise et devrait chambouler les positions établies dans le marché du serveur virtualisé. ILIO est largement reconnu et déployé pour plus de 500 000 VMs. Des serveurs équipés de 256GB de RAM peuvent supporter plus de 100 postes virtuels en étant très à l’aise. L’entreprise a mis le temps mais s’est bien préparée pour dévoiler la version serveur d’ILIO baptisé ILIO USX, pré-annoncé sous le nom FlexCloud lors de VMworld 2013. A l’époque, 2 ISVs se distinguaient sur le marché de la virtualisation Atlantis Computing et Virsto. Nous avons rencontré les 2 entreprises lors de différents IT Press Tour et notamment Atlantis lors de la 12ème édition en Décembre dernier.

Bernard Harguindeguy, CEO
USX signifie Unified Storage X ou X représente tout type de stockage illustrant qu’Atlantis surfe aussi sur le SDS en considérant n’importe quel stockage comme back-end de sa couche logicielle. L’idée d’ILIO USX est de booster l’infrastructure virtuelle avec le stockage existant de tout nature sans investissement matérielle spécifique. Ainsi USX élimine 90% du trafic vers le stockage. Ce stockage peut donc être une architecture SAN, un produit NAS ou un mixte de points de services, sans oublier le stockage réalisé par des serveurs où le pool de stockage est constitué de l’unification des unités disques internes ou les fameux DAS. USX supprime donc tous les silos de stockage sans distinction au profit de l’infrastructure virtuelle. Il représente un nouveau type de logiciel de virtualisation de stockage et offre la possibilité de tirer parti des propriétés et caractéristiques propres de chaque unité. USX s’installe sur les serveurs hébergeant l’hyperviseur quelque soit le mode d’interfaçage avec le stockage NFS ou iSCSI, c’est-à-dire avec un partage de fichiers ou en mode bloc, tous deux sur le réseau. Les hyperviseurs considèrent les nouveaux espaces constitués par USX par des datastores VMFS ou NFS si on se limite à VMware. L’association entre USX et le stockage back-end se fait en mémoire permettant aux VMs de considérer un espace de stockage de grande taille et rapide. Le moteur Atlantis s’occupe du traitement des entrées/sorties, de la déduplication temps-réel des données, de la compression et du thin provisioning. Côté haute disponibilité, Atlantis implémente un mode actif-actif compatible avec les hyperviseurs supportés et optionnellement un mode Thin-Replication est possible pour "pousser" à distance les donnés uniques.

Chetan Venkatesh, CTO & Founder
Atlantis supprime le fameux IO Blender effect où toutes les IO – habituellement de petites tailles - des différentes VMs deviennent des opérations aléatoires au niveau hyperviseur qui écroulent le système de stockage. Avec USX, les IO sont regroupées en opérations séquentielles de grandes tailles plus favorables à un meilleur comportent du système de stockage. Les résultats sont garantis avec la capacité de faire tourner 5x plus de VMs pour une même infrastructure de stockage sans USX, d’obtenir 5x plus d’IO grâce à la RAM, d’utiliser les plus simples unités comme le DAS et de cloner des VMs instantanément en 4 secondes tout en mémoire.


USX est transparent pour toutes les applications et Atlantis met en avant plusieurs cas d’usage comme le service fichiers ou d’emails, les bases de données, le web ou le Hadoop. J’imagine des modèles de déploiement "tout en un" de type Infrastructure Convergente comme Nutanix ou SimpliVity ou Scale Computing avec des serveurs lambdas et USX. Atlantis Computing sera à suivre sur 2014…

24 mars 2014

Cloudera vaut 2 Milliards de dollars

Cloudera (www.cloudera.com), leader et pionnier de la vague Hadoop, n'en finit pas de nous étonner. Rencontrés 4 fois lors de différentes éditions de l'IT Press Tour (Dec 2011, Mars 2012, Décembre 2012 et Juin 2013), Cloudera avait déjà fait super fort avec l'annonce lors de notre visite en Décembre 2012 d'un tour de table à hauteur de 65M$, l'éditeur totalisait alors 141M$. Quelques 15 mois plus tard, l'entreprise lève à nouveau des fonds à hauteur de 160M$ par les entrées de Google Venture set Michael Dell. On remarquera que Greylock Partners, présent à chaque tour, n'a pas participé à celui-ci. Le total s'élève à 301M$, un montant incroyable pour une société du secteur et tout spécialement pour une entreprise dans le mode RedHat c'est-à-dire dans une forme de commercialisation de solutions et services Open Source. Cloudera touche la valorisation de 2B$!! Bravo au travail de Mike Olson depuis des années et depuis aussi l'arrivée de Tom Reilly qui a permis à Cloudera de changer de dimension.

20 mars 2014

Your File System, le retour d'Andrew FS

Your File System (www.yourfilesystem.com), développe une nouvelle mouture de système de fichiers distribué basé sur Andrew File System, nommé YourFileSystem. La solution se veut un peu l'AFS du 21ème siècle. Fidèle aux concepts et notions introduites par AFS, YFS développe une approche d'un service global de fichiers qui s'affranchit des distances entre consommateurs du service et producteur des données. Les accès sont rapides grâce à l'utilisation d'un mode cache local au départ satisfaits par le serveur puis ensuite par un stockage proche, c'est l'esprit AFS. La localisation des données est indépendante et transparente pour l'utilisateur et les données obéissent à un namespace unique. YFS est disponible pour plusieurs plateformes et l'accès se fait bien sûr grâce aux outils ou modes classiques. Les données mises à jour sont "snapshottées" et ensuite répliquées pour une disposition sur plusieurs sites. Côté sécurité, les données sont chiffrées et un mécanisme d'authentification est fourni sachant que le couplage à des module externes comme AD est possible. YFS est disponible en open source et étend OpenAFS. A essayer, dommage que le service soit trop confidentiel, les idées semblent attirantes.

19 mars 2014

Nouveautés chez SolidFire

SolidFire (www.solidfire.com), leader du stockage full Flash avec quelques autres acteurs, annonce la sortie d'Element OS 6, qui vise à renforcer le caractère agile, automatisé et évolutif des unités SF3010, SF6010 et SF9010. Reconnu pour être l'Isilon du bloc et la référence en matière de QoS de stockage, SolidFire maintient ainsi son avance. Parmi les nouveautés citons:
  • la connectivité FC 16Gb qui complète les 10Gb iSCSI de la gamme depuis l'origine,
  • la réplication temps-réelle disons synchrone multi-directionnelle permettant de grouper 4 clusters,
  • la mixité des modèles et des générations des unités SolidFire,
  • et la possibilité "d'envoyer" les snapshots vers une une instance objet offrant une interface S3 ou Swift.
Aucun soft de backup ou de réplication n'est nécessaire ce qui rend encore plus optimal le TCO. Ces fonctionnalités permettent à SolidFire d'envisager le marché de l'entreprise plus sereinement avec de sérieux nouveaux apports. Bravo à Dave et toute l'équipe.

18 mars 2014

Pure Storage recrute encore chez Veritas

Pure Storage (www.purestorage.com), leader du stockage 100% Flash, record de levée et pre-IPO, vient de recruter encore 2 nouveaux leaders qui ont fait une partie de leur armes chez Veritas. Il s'agit de Terry Noonan, qui arrive d'EVault, et de Steven Rose, patron de la région EMEA. Longue vie à l'ADN Veritas, un des plus persistants et reconnus du marché.

17 mars 2014

SGI DMF intégré à Scality RING

Scality (www.scality.com), leader en stockage objet, et SGI (www.sgi.com | NASD:SGI), leader en informatique technique, et oem de Scality RING, avance sur leur intégration avec la mise à disposition du produit référence DMF - Data Migration Facility - en mode object. La solution RING de Scality peut très simplement devenir une cible de DMF et recevoir des grandes quantités de données mouvementés en parallèle.

14 mars 2014

Dans la difficulté, Panasas sort PanFS 5.5

Panasas (www.panasas.com), acteur historique du scale-out NAS et plus particulièrement du stockage fichier parallèle avec pNFS, annonce PanFS 5.5. Cette version 5.5 de PanFS, l'OS Panasas pour sa gamme ActiveStor, est étonnement très orienté Entreprise avec un axe partage de fichiers pour Windows très accentué. Panasas a radicalement changé sa stratégie et a décidé de remplacer Samba avec la solution native Microsoft SMB en devenant Authorized Microsoft Protocol Licensee du Microsoft Communication Protocol Program. Ainsi le fournisseur est capable de s'aligner sur SMB 1, 2 et 2.1. C'est vrai que la conformité au protocole devrait permettre une considération différente et de toutes les façons un argument supplémentaire en leur faveur. Panasas revendique un gain de performance double pour CIFS, 67% pour NFS v3 et un meilleur service d'authentification. Je salue cette sortie malgré les difficultés de l'entreprise qui a quasi disparu des radars et perdu plusieurs ressources en raison de divergences stratégiques. Panasas reconnaît aussi indirectement la faiblesse de sa solution livrée jusqu'à ce jour pour le monde de l'entreprise. Elle faisait office de référence pour le stockage associé au calcul intensif malgré un prix prohibitif et depuis quelques années sérieusement grignoté par Lustre. Est-ce un sursis ? un sursaut ? Dommage, il y a une vrai IP derrière. Et quelle pourrait être la valorisation de l'entreprise ? 300 ou 400M$...

13 mars 2014

Les leçons de NGSS

Le Next Generation Storage Summit vient de se dérouler à Los Angeles avec 2 sujets essentiels: le Stockage Object et le Stockage Flash. Malgré l'absence de certains acteurs surtout coté Flash, l'événement a regroupé plusieurs acteurs clés du stockage objet qui a ainsi permis de dégager plusieurs leçons:
  1. La confirmation de ce que je martèle depuis des lustres: le stockage object est une technologie et non pas un produit comme un NAS ou une architecture comme un SAN. Elle permet de lever les limites des NAS et d'apporter des fonctions propres comme l'accès distant et la géo-distribution. Souvenons-nous qu'un NAS Isilon si bon soit-il a une limite de capacité raw à 20Po, certes suffisante pour biens des environnements mais qui se révèle être un vrai souci quand la limite est atteinte. Que faire alors ? multiplier les clusters ? je vous laisse imaginer l'impact de tels choix...
  2. Le focus doit être sur la résolution de problèmes au travers de cas d'usage bien identifiés, documentés associés à des architectures de références.
  3. Le couplage applicatif et les méthodes d'accès sont les 2 éléments clefs pour les entreprises. Elles considèrent une technologie par ses apports propres, des potentiels gains pour les fonctions et métiers de l'entreprise certes mais aussi pour sa capacité d'intégration à un existant et là, on touche aux méthodes d'accès objet de part sa nature mais surtout fichier avec NFS et CIFS.
  4. et le dernier élément est l'écosystème qui permet de limiter les cycle de ventes, d'éliminer des PoCs et de confirmer des validations et intégrations avec des produits tiers. On parle des plateformes matérielles bien sûr mais aussi des produit logiciels tiers comme les solutions de backup et d'archivage, des outils type Box-like, des applications video ou serveurs de messagerie.
Ces 4 éléments dressent finalement une assez bonne feuille de route pour les acteurs du stockage objet et 2014 verra l'exécution des principaux fournisseurs sur ces différents axes.